Allemagne: la coalition de Merkel évite une crise majeure

Allemagne: la coalition de Merkel évite une crise majeure
AFP

Les partis de la coalition gouvernementale d’Angela Merkel sont tombés d’accord dimanche sur une réforme du minimum vieillesse qui permet au gouvernement d’Angela Merkel, fragilisé après moins de deux ans d’existence, d’éviter une crise politique majeure. A l’issue de laborieuses tractations, les conservateurs de la CDU et son allié bavarois CSU d’une part, et les sociaux-démocrates du SPD d’autre part, ont convenu d’une revalorisation du minimum vieillesse pour les personnes qui bien qu’ayant côtisé sans interruption, ne perçoivent qu’une faible pension.

« Nous avons trouvé sur ce thème difficile une bonne solution et défendable pour la CDU », a affirmé la présidente de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), Annegret Kramp-Karrenbauer lors d’un point presse avec les dirigeants de la CSU et du SPD. A ses côtés, la présidente par intérim du SPD, Malu Dreyer, a vu dans ce compromis « une étape socio-politique importante ». Depuis des mois, les deux camps se disputaient sur ce sujet brûlant dans une Allemagne confrontée au vieillissement de sa population. Une crise politique majeure menaçait d’éclater en l’absence jusqu’ici d’entente entre des partenaires affaiblis, confrontés en outre à de fortes réserves en interne.

Le dernier mandat d’Angela Merkel

Le SPD lutte pour sa survie et doit décider en décembre s’il reste ou pas dans la coalition, ce qui pourrait provoquer des élections anticipées. Le parti, qui entend remettre le cap à gauche pour tenter de regagner une partie de son électorat, doit aussi désigner une nouvelle direction. La CDU pour sa part a enchaîné des revers électoraux régionaux, dont en Thuringe fin octobre, dépassée notamment par l’extrême-droite.Les deux camps ont décidé dimanche que l’attribution d’une pension minimum serait soumise à un examen complet des revenus de la personne souhaitant en bénéficier.

Du côté des conservateurs, la présidente de la CDU Annegret Kramp-Karrenbauer, qui est aussi ministre de la Défense, est l’objet de critiques plus ou moins voilées en interne. Depuis sa prise de fonction en mars 2018, la coalition d’Angela Merkel apparaît peu solide et certains observateurs s’interrogent sur la capacité de la chancelière de mener encore à bien des réformes après 14 ans au pouvoir. Elle a fait savoir de longue date qu’il s’agissait de son dernier mandat qui doit s’achever à l’automne 2021.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite