Conflit en Syrie: sept civils tués dans des raids aériens russes sur Idleb, selon une ONG

Conflit en Syrie: sept civils tués dans des raids aériens russes sur Idleb, selon une ONG
AFP

Sept civils dont trois enfants ont été tués dimanche dans des raids aériens de la Russie, alliée du régime de Bachar al-Assad, sur la province syrienne d’Idleb (nord-ouest), a indiqué l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH). Les frappes aériennes russes ont fait sept morts et huit blessés dans le village de Kafarouma, situé dans le sud d’Idleb, selon l’OSDH. Certains de ces blessés se trouvent « dans un état critique », d’après le directeur de l’ONG, Rami Abdel Rahmane.

La région d’Idleb est dominée par les djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda, et avec des secteurs adjacents des provinces d’Alep, Hama et Lattaquié, elle échappe toujours dans sa vaste majorité au régime syrien. Ces zones abritent aussi plusieurs autres groupuscules djihadistes ainsi que des rebelles affaiblis.

C’est la troisième fois en huit jours que l’aviation russe bombarde le nord-ouest syrien. Mercredi, huit civils ont péri dans des frappes de Moscou sur l’ouest de la province d’Alep. Le 2 novembre, six civils avaient été tués dans le sud d’Idleb, selon l’OSDH.

Sur le même sujet
PolitiqueSyrie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite