Action contre le foie gras à Anvers: 14 arrestations administratives

Action contre le foie gras à Anvers: 14 arrestations administratives
Sylvain Piraux

Une soixantaine d’activistes de la cause animale de l’organisation Animal Resistance ont mené dimanche après-midi une action de protestation dans un supermarché anversois. Ils ont pris pour cible le supermarché Cru de la Groenplaats, parce que ce magasin vend du « Bekegemse Foie Gras », issu d’une ferme de Flandre occidentale qui commercialise divers produits du canard. Quatorze activistes ont fait l’objet d’une arrestation administrative car ils refusaient de quitter le supermarché.

A l’intérieur du magasin, une quinzaine d’activistes se sont enchaînés, les autres entonnant une chanson devant montrer leur solidarité envers les animaux soumis au gavage pour la production du foie gras. L’action était filmée et retransmise sur le réseau social Facebook.

Un bus De Lijn pour éloigner les activistes

Samedi, le même groupe avait mené une action sur le site-même du producteur, à la ferme de Bekegem (Ichtegem). « Avec notre action chez Cru, nous voulons montrer que le problème ne se situe pas seulement à la ferme mais que la souffrance des canards est en réalité une conséquence de l’achat de foie gras par le consommateur », a expliqué dimanche Glenn Lemmens, porte-parole d’Animal Resistance. L’organisation souhaite que le supermarché arrête de vendre du foie gras. « Aussi longtemps qu’il y aura la possibilité d’acheter du foie gras, des gens continueront à le faire et des canards et oies souffriront. Une interdiction de la vente est la meilleure option pour arrêter cette souffrance », ajoute un activiste.

La police est intervenue sur place et a demandé aux protestataires de quitter les lieux. Quatorze activistes qui s’étaient enchaînés ont refusé d’obtempérer et ont fait l’objet d’une arrestation administrative. La police avait demandé un bus De Lijn pour éloigner les activistes. Certains ont dû être traînés jusqu’au véhicule, indique la police locale d’Anvers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite