Le Standard s’incline face à Malines après un but d’Amallah annulé par le VAR (1-2)

Le Standard a été battu par le FC Malines (1-2) dans le dernier match de la 15e journée du championnat de Belgique, dimanche soir. Le Malinwa, irréprochable dans l’organisation et diablement efficace, s’est imposé grâce à des buts de Rob Schoofs et Igor De Camargo. Battu pour la première fois de la saison à Sclessin, le Standard a cédé sa deuxième place à La Gantoise et voit Malines revenir à sa hauteur (27).

Le résumé du match

Le Standard, avec pas moins de six changements par rapport à sa victoire in extremis contre Francfort (2-1) jeudi en Europa League, défiait Malines qui devait se passer de Nikola Storm, blessé aux adducteurs lors du dernier entraînement.

Les Kakkers ont ouvert le score au quart d’heure sur un magnifique coup franc direct de Schoofs (0-1, 15e). Les Liégeois ont tenté de réagir mais Obbi Oulare a vu deux de ses têtes passer au-dessus du goal défendu par Yannick Thoelen (24e, 35e). Samuel Bastien a lui aussi tenté sa chance mais son tir a trouvé les poings de Thoelen (40e). Malines, parfaitement organisé au milieu et dangereux grâce notamment à la vivacité de Dante Vanzeir, a confirmé son statut d’équipe difficile à manœuvrer.

Contraint d’inverser la tendance, Michel Preud’homme a commencé la seconde mi-temps avec Renaud Emond à la place d’Aleksandar Boljevic. Mais c’est bien Malines qui s’est créé une grosse possibilité avec Igor De Camargo, ancien joueur du Standard, dont la reprise de volée a heurté la transversale d’Arnaud Bodart (48e).

Un centre à l’apparence anodine a trouvé Corryn qui a dévié pour De Camargo. Seul dans le rectangle, l’attaquant a fusillé un Bodart impuissant (0-2, 66e). Dos au mur, le coach liégeois a retiré Mergim Vojvoda pour lancer Mehdi Carcela.

C’est d’ailleurs Carcela qui, grâce à un bon dribble, a trouvé Maxime Lestienne aux abords du grand rectangle. Mais Lestienne, qui a été appelé par Roberto Martinez chez les Diables, a vu sa frappe du droit s’envoler (75e).

Selim Amallah, à peine monté au jeu, a donné espoir au public de Sclessin en réduisant l’écart d’une belle frappe enroulée (1-2, 86e). Il a d’ailleurs cru à une égalisation mais le goal d’Amallah, marqué involontairement de la main, a logiquement été annulé.

Malgré un final tumultueux, Malines s’est imposé, décrochant sa première victoire à Sclessin depuis le 28 janvier 1991.

Au classement, le Standard a manqué l’occasion de revenir à trois points du leader brugeois (33 pts), battu pour la première fois de la saison dimanche à l’Antwerp (2-1). Les Liégeois ont également perdu la deuxième place, désormais occupée par La Gantoise (28 pts) après son premier succès à l’extérieur de la saison, à Genk (0-2).

Les faits du match

15e. Alors que le Standard se montre de plus en plus pressant, c’est Malines qui ouvre la marque sur coup franc. Ce dernier est parfaitement botté par Schoofs : le tir surmonte le mur et trompe Bodart. Premier envoi malinois et premier but.

25e. Plus grosse occasion liégeoise de la première demi-heure de jeu. Elle est signée Oulare. Sa reprise de la tête, consécutive à un coup de coin, ne fait toutefois pas mouche. De fait, le ballon passe au-dessus de l’objectif.

35e. Nouvelle opportunité pour Oulare, cette fois consécutive à un centre de la gauche. L’attaquant remporte son duel mais pique trop sa tête. Ainsi, le ballon rebondit lourdement au sol avant de filer au-dessus de la cage de Thoelen.

40e. Frappe puissante de Bastien qui est menaçante. Le portier visiteur est attentif et repousse ce premier tir cadré des locaux.

48e. Formidable effort sur la gauche de Tainmont dont le centre dévié arrive dans les pieds de De Camargo qui tente sa chance. La balle finit sa course sur la barre transversale.

65e. Alors que le Standard prend des risques, un long ballon est dévié vers De Camargo. Tout profit pour l’ancien attaquant des Rouches qui fait le break en faveur de réalistes Malinois.

75e. Carcela fait le show en se jouant de son adversaire direct. Son centre est parfait pour Lestienne qui, en position idéale, loupe complètement la conclusion de ce mouvement limpide en envoyant la balle dans la tribune.

86e. Trois minutes après son entrée au jeu, Amallah se montre décisif. Sa frappe est aussi puissante que précise. Le Standard revient à 1-2.

90e. Amallah égalise. Mais le VAR intervient car le joker de luxe a touché le ballon de la main avant de faire la différence.

La fiche technique

Les buts : 15e Schoofs (0-1), 65e De Camargo (0-2), 86e Amallah (1-2).

Standard : Bodart, Lavalée, Cimirot, Boljevic (46e Emond), Lestienne (83e Amallah), Gavory, Vojvoda (70e Carcela), Bastien, Laifis, Mpoku, Oulare.

Malines : Thoelen, Van Cleemput, Swinkels, Peyre, Corryn, Van Damme, Hairemans (70e Vanlerberghe), Schoofs, Tainmont (77e Bijker), De Camargo, Vanzeir (59e Togui).

Cartes jaunes : Vanlerberghe, Amallah, Bijker, Oulare.

Assistance : 26.987.

Arbitre : M. Boucaut.

Le direct commenté

Le classement général

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite