Un rappel de désinfectants utilisés dans les hôpitaux touche la France et la Belgique

Un rappel de désinfectants utilisés dans les hôpitaux touche la France et la Belgique
Pierre-Yves Thienpont

Une usine française de production de désinfectants et de produits d’hygiène, située à Sainghin-en-Mélantois non loin de Lille, est à l’arrêt depuis plusieurs jours à la suite de la détection de bactéries dans des lots de désinfectants utilisés également dans les hôpitaux belges. En France, l’agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé a publié jeudi soir un rappel de produits, demandant aux établissements de santé d’arrêter immédiatement d’utiliser les gammes concernées. En Belgique, l’AFMPS indique dimanche avoir contacté la veille les points de contact matériovigilance des hôpitaux du pays.

L’usine concernée appartient aux Laboratoires Anios, une entreprise qui exporte des produits de désinfection pour professionnels dans « plus de 85 pays » de par le monde. Ce leader européen sur le marché de la désinfection a été racheté en 2017 par l’Américain Ecolab.

L’usine de Sainghin-en-Mélantois d’Anios a arrêté sa production il y a plusieurs jours. En cause : la détection des bactéries Burkholderia cepacia et Pseudomonas oryzihabitans dans les produits Surfa’safe premium et Opaster Anios. Le premier est un désinfectant pour surfaces et dispositifs médicaux non-invasifs, largement utilisé dans les hôpitaux français mais aussi belges, ainsi que dans des cabinets médicaux, maisons de repos et de soins, etc. Le second est moins commun, et est utilisé pour nettoyer des dispositifs invasifs comme le matériel chirurgical.

La contamination provient probablement du circuit d’eau de l’usine

Le risque est très faible pour la plus grande partie de la population. En revanche, les bactéries peuvent présenter un danger pour les personnes immunodéprimées, par exemple des patients ayant subi une chimiothérapie ou soumis à un traitement immuno-suppresseur, en attente de greffe ou hémodialysés.

Dès jeudi, il est apparu que la contamination des deux produits commercialisés provient probablement du circuit d’eau de l’usine. Dans son rappel de produit communiqué jeudi soir, l’agence française de sécurité des médicaments et des produits de santé indique qu’une désinfection de ce circuit est en cours. L’ANSM demandait du même coup à tous les établissements de santé de mettre de côté Surfa’safe premium et ses déclinaisons ainsi qu’Opaster Anios, et d’utiliser d’autres produits à la place. Pour les patients particulièrement fragiles, il est même recommandé d’éviter toute la gamme Anios dans l’attente des résultats de tests supplémentaires.

« Une mesure de précaution »

Pour la Belgique, il a fallu attendre samedi pour que la nouvelle soit communiquée aux hôpitaux. « L’agence a envoyé un courrier (par mail, NDLR) aux points de contact matériovigilance le 9 novembre », indique dimanche la porte-parole de l’AFMPS, équivalent chez nous de l’ANSM. « Les hôpitaux ont été priés de ne plus utiliser le Surfa’safe premium et l’Opaster Anios, et de mettre ces produits en quarantaine en attendant le ’recall’ du fabricant. Il s’agit d’une mesure de précaution, le risque identifié est très faible pour la population non-immunodéprimée », précise Ann Eeckhout. Les communications à ce sujet circulent automatiquement entre les agences des pays européens, vu que les normes sont communes, assure la porte-parole.

L’usine ne sera remise en route qu’après un feu vert définitif de l’ANSM, qui a demandé des analyses microbiologiques des autres produits de l’implantation, dont la distribution est également interrompue en attendant. L’AFMPS assure suivre la situation. Selon un article de La Libre Belgique, dimanche, certains établissements risquaient malgré tout encore d’utiliser les produits incriminés ce week-end, par manque de rapidité de la communication, notamment par les distributeurs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite