Elections législatives en Espagne: l’extrême-droite devrait doubler ses sièges au Parlement

Santiago Abascal, le chef du parti d’extrême droite, VOX
Santiago Abascal, le chef du parti d’extrême droite, VOX - Reuters

Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) sort en tête des élections en Espagne avec 27,3 % des voix, selon une projection de la télévision espagnole (RTVE). L’extrême-droite Vox devrait voir son nombre de sièges doublés et devenir le troisième parti du pays. Avec son score, le PSOE devrait toutefois perdre entre quatre et neuf députés et devrait en compter entre 114 et 119, selon les chiffres de la RTVE.

Le Parti Populaire (PP) se remet du pire résultat de leur histoire, 66 sièges lors des dernières élections, et devrait compter entre 86 et 90 députés. Vox, avec entre 56 et 59 sièges, serait la troisième force du Parlement. La poussée de l’extrême droite, qui comptait 24 sièges, a été encore plus forte que ne l’estimaient les prédictions. C’est en revanche la débâcle pour Ciudadanos qui devrait perdre 42 de ses 57 députés.

Ni un bloc de gauche (PSOE, gauche radicale de Podemos et sa liste dissidente Mas Pais) ni une alliance des droites (PP, VOX et les libéraux de Ciudadanos) n’atteindraient la majorité absolue de 176 sièges sur 350, selon ces chiffres. Les résultats officiels sont attendus vers 22 heures.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite