Michel Preud’homme après Standard – Malines (1-2): «Un adversaire roublard et rusé»

@News
@News

Malgré un sprint final haletant, le Standard n’est pas parvenu à revenir au score face à Malines. Amallah avait pourtant cru égaliser, mais sa seconde rose de la soirée a été annulée, pour une faute de main, par le VAR. Bref, les Rouches ont donc perdu à domicile face à Malines (1-2). Au grand dam de Michel Preud’homme qui s’est notamment exprimé au micro de nos confrères de Voo Foot et Proximus Sports.

« On savait à quoi s’attendre », résumait le coach liégeois avant de poursuivre. « Pour nous imposer, il aurait fallu être plus forts, plus solides dans les duels. De fait, nous n’en n’avons pas remporté assez. Face à un tel adversaire, ça fait la différence. En effet, le rythme est haché. Nos adversaires étaient roublards et rusés. Ils provoquaient sans cesse des fautes. Je ne critique pas le style de jeu de l’adversaire. Tout le monde fait ce qu’il veut. Mais ça m’ennuie qu’on lui permette de faire ça ».

La goutte d’eau qui fait déborder le vase : les arrêts de jeu. « Tout d’abord, il est important de signaler que pour gagner une telle rencontre, il faut profiter de ses rares occasions de but. Mais je ne comprends pas ces 4 minutes de temps additionnels. Il y a eu six changements. Soit trois fois 30 secondes. Bref, l’arbitre n’a ajouté qu’une minute. Alors que le jeu était sans cesse arrêté. Difficile de réagir dans ces conditions. Surtout que, plus le match avance, plus ça empire ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite