Ligue 1: Marseille gagne un choc tendu face à Lyon devant une assistance record (2-1)

@Reuters
@Reuters

Un grand Dimitri Payet, auteur d’un doublé (18e, 39e), a offert à Marseille un succès de prestige, le premier depuis 2014 face aux rivaux lyonnais en championnat, devant une assistance record (65.421 spectateurs) et conquise.

Le Réunionnais a fait basculer du côté phocéen une soirée tendue, qui avait débuté par le caillassage du bus de l’OL à son arrivée au stade Vélodrome, et s’est poursuivie par une interruption de jeu de trois minutes en raison de fumigènes qui perturbaient la visibilité du terrain.

L’OM (22 pts), qui a fini à dix, réalise une excellente opération comptable, en devenant le nouveau dauphin du PSG, avec six points d’avance sur les Rhodaniens, englués au 14e rang.

Le coach Rudi Garcia, privé de son maître à jouer Memphis Depay, a été sifflé pour son retour au Vieux-Port, et regrettera certainement la première période ratée de ses joueurs qui les a plombés pour la suite.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite