1 milliard dépensé en 68 secondes, des milliers de Chinois se ruent sur les soldes d’Alibaba

1 milliard dépensé en 68 secondes, des milliers de Chinois se ruent sur les soldes d’Alibaba
AFP

Soixante-huit secondes, c’est le temps que les consommateurs chinois ont mis dans la nuit de dimanche à lundi pour dépenser en ligne leur premier milliard de dollars lors de la traditionnelle « Fête des célibataires », considérée comme la plus grosse opération mondiale de soldes, a annoncé le géant du secteur Alibaba.

A 00h00 précises, des millions de consommateurs se sont rués sur leur ordinateur ou leur téléphone portable dans l’espoir de bénéficier d’alléchantes remises sur toute une gamme de produits, de l’électronique au prêt-à-porter, en passant par les chaussures ou l’ameublement.

Alibaba et les autres groupes chinois de commerce électronique ont pris l’habitude depuis 2009 d’annoncer des rabais à chaque 11 novembre, jour surnommé la « Fête des célibataires » en raison de la répétition du chiffre « un » (11/11).

Cette frénésie d’achats dépasse en valeur celle du « Black Friday », le vendredi qui suit la fête de Thanksgiving fin novembre aux Etats-Unis. La Fête des célibataires, qui sont censés disposer d’un fort pouvoir d’achat, est ainsi le plus gros événement mondial du secteur de la distribution.

>Les camions d’Alibaba font peur aux Liégeois

Sur les seules plateformes d’Alibaba, 7 milliards de yuans (1 milliard de dollars) ont donc été dépensés en l’espace de 68 secondes… encore plus vite que l’an dernier, quand ce cap avait été atteint en 85 secondes.

Ce chiffre correspond à la valeur totale des marchandises achetées sur ces plateformes, y compris les frais d’expédition.

Le cap des 100 milliards de yuans (13 milliards d’euros) a été franchi en une heure, 3 minutes et 59 secondes très exactement, soit 43 minutes de moins que l’an dernier, a assuré Alibaba, qui représente à lui seul la moitié du commerce électronique en Chine.

La vigueur des achats du 11 novembre est scrutée par les économistes qui y cherchent des indices quant à la robustesse de l’économie du pays, en proie à la guerre commerciale lancée par les Etats-Unis de Donald Trump.

L’an dernier, le chiffre d’affaires total de la journée du 11 novembre communiqué par Alibaba faisait état de 213,5 milliards de yuans (27 milliards d’euros) de ventes en l’espace de 24 heures.

Il s’agissait d’un ralentissement du rythme de progression d’une année sur l’autre : le chiffre d’affaires avait en effet augmenté de 27 % seulement sur 2017, contre +39 % l’année précédente.

Le groupe de l’excentrique milliardaire Jack Ma, qui vient de prendre sa retraite, espère lever 15 milliards de dollars US à Hong Kong, lors d’une introduction en Bourse qui pourrait intervenir prochainement, a rapporté vendredi l’agence Bloomberg.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite