L’Union européenne appelle à la «modération» et à la «responsabilité» en Bolivie

L’Union européenne appelle à la «modération» et à la «responsabilité» en Bolivie
AFP

La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a appelé lundi à la «modération» et à la «responsabilité» de l’ensemble des parties afin de parvenir à de nouvelles élections «crédibles» en Bolivie, au lendemain de la démission du président Evo Morales.

>Bolivie: l’ex-président Morales annonce qu’un mandat d’arrêt a été émis contre lui

«J’aimerais exprimer clairement notre souhait que toutes les parties dans le pays fassent preuve de modération et de responsabilité et mènent le pays pacifiquement et dans le calme vers de nouvelles élections crédibles, qui permettent au peuple de Bolivie d’exprimer leur volonté démocratique», a déclaré Mme Mogherini à son arrivée à une réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles.

Le président bolivien Evo Morales a démissionné dimanche après trois semaines de protestations contre sa réélection. Des troubles ont encore éclaté dans la nuit de dimanche à lundi dans la capitale La Paz et une ville proche, El Alto.

>Elections en Bolivie: Cuba, Venezuela et Argentine dénoncent un «coup d’Etat»

Peu après l’annonce de la démission d’Evo Morales, de premières arrestations d’anciens dirigeants ont eu lieu, notamment au sein du Tribunal suprême électoral (TSE) après des accusations d’irrégularités commises dans le scrutin d’octobre.

L’Organisation des Etats américains (OEA) avait demandé dimanche matin l’annulation du scrutin, entaché d’irrégularités selon elle. Le score d’Evo Morales annoncé par le TSE, dépassant de plus de 10 points celui de son adversaire Carlos Mesa, avait aussitôt été qualifié de frauduleux par l’opposition.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous