Accueil Monde Amériques

L’Union européenne prolonge les sanctions contre le régime de Maduro au Venezuela

Ces mesures, adoptées pour la première fois en novembre 2017 contre 18 dignitaires, concernent désormais 25 personnes occupant «des postes officiels et responsables de violations des droits de l’homme et/ou d’atteintes à la démocratie et à l’état de droit au Venezuela».

Temps de lecture: 2 min

L’Union européenne a prolongé lundi d’un an les sanctions imposées au Venezuela pour contraindre le président Nicola Maduro à respecter l’Etat de droit et la démocratie.

«Compte tenu de la crise politique, économique, sociale et humanitaire que connaît actuellement le Venezuela et des actions qui continuent à porter atteinte à la démocratie, à l’état de droit et au respect des droits de l’homme, le Conseil a prorogé ce jour d’un an, jusqu’au 14 novembre 2020, les mesures restrictives à l’encontre du Venezuela», explique l’institution, qui représente les 28 Etats membres de l’UE, dans un communiqué.

À lire aussi Au Venezuela, ciel de plomb pour le régime de Maduro

Ces mesures, adoptées pour la première fois en novembre 2017 contre 18 dignitaires, concernent désormais 25 personnes occupant «des postes officiels et responsables de violations des droits de l’homme et/ou d’atteintes à la démocratie et à l’état de droit au Venezuela».

Il s’agit notamment d’un «embargo sur les armes et sur les équipements susceptibles d’être utilisés à des fins de répression interne, ainsi qu’une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et un gel des avoirs».

Le Conseil rappelle que ces mesures «ciblées, flexibles et réversibles» ont été conçues «pour ne pas nuire à la population vénézuélienne», et «ont pour but de favoriser la recherche de solutions démocratiques communes».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Malghem Jacques, mardi 12 novembre 2019, 2:12

    "L’Union européenne a prolongé lundi d’un an les sanctions imposées au Venezuela pour contraindre le président Nicola Maduro à respecter l’Etat de droit et la démocratie." Très joli! Et qu'a-t-elle fait depuis des dizaines d'années pour contraindre les gouvernements d'Israël à respecter l’Etat de droit et la démocratie ? Ne soyez pas choqués braves gens, chaque fois que la gouvernement d'Israël a permis l'extension totalement illégale de colonies dans un territoire occupé, la diplomatie belge s'est chaque fois exprimée (merci M. Reynders) pour se dire "très préoccupée" par la situation ... Sur quelle base l'Union européenne établit ses critères de sanctions ???? PS. pour rappel, critiquer l'état d'Israël, ce n'est absolument pas un acte antisémite! Qui d'ailleurs dirait qu'avoir critiqué Mobutu était un acte raciste?

  • Posté par Naeije Robert, mardi 12 novembre 2019, 9:07

    "pour rappel, critiquer l'état d'Israël, ce n'est absolument pas un acte antisémite!". Mais le faire à propos de mesures justifiées prises contre la dictature de Maduro est tout de même très très suspect !!

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une