Alexandre Benalla veut être élu: «J’ai assez fait le clown»

Alexandre Benalla veut être élu: «J’ai assez fait le clown»
Aurélien Morissard/Belga

L’ex-garde du corps d’Emmanuel Macron ne doit sa renommée qu’à son dérapage place de la Contrescarpe, où il avait été filmé en train de molester un manifestant en 2018. Le tout en portant indûment un brassard de police. Alexandre Benalla est conscient d’avoir «  suffisamment fait le clown. Je vais devenir un peu sérieux  ». Son rêve, c’est la politique : «  Ça fait partie de mon ADN. Je suis baigné à ça. Je suis fan.  »

C’est sur Saint-Denis qu’il entend jeter son dévolu. «  Je n’ai rien à perdre. Ça donnera ce que ça donnera  », répète-t-il à l’envi. En attendant la fin du mois de janvier 2020, date à laquelle il envisage de déclarer officiellement sa candidature aux municipales de mars, il fait «  énormément de terrain  ». Et s’interroge sur les raisons de son succès : «  En discutant avec les gens, je me suis aperçu qu’il y a eu une forme d’identification. Ils se sont dit : si les médias l’ont traité comme ils nous traitent nous, ça doit forcément être quelqu’un de bien  », analyse-t-il.

Sa campagne, il entend la mener plutôt au centre droit : «  La gauche du cœur, la droite des valeurs. La gauche sans le laxisme, la droite sans le racisme  », plaisante-t-il. C’est d’ailleurs là son principal problème : Benalla plaisante beaucoup. Peut-être un peu trop. Même quand il évoque son calendrier judiciaire, il ne semble pas inquiet. Il est bien le seul.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite