Formule 1: le patron de Mercedes Toto Wolff sera absent au Brésil, une première depuis 2013

©Photonews
©Photonews

Torger Christian « Toto » Wolff, le patron de l’écurie de Formule 1 Mercedes sera absent lors du Grand Prix du Brésil de F1 le 17 novembre, à côté de Sao Paulo. Il s’agit de la 20e et avant-dernière course de la saison.

« Le Grand Prix du Brésil sera la première course depuis 2013, à laquelle je ne participerai pas. Après avoir remporté les deux titres de champion du monde (pilotes et constructeurs, NDLR), cela me donne plus de temps à consacrer à d’autres questions en Europe », a déclaré Wolff sur le site de son équipe. L’Autrichien est le responsable sportif de Mercedes depuis janvier 2013.

Mercedes a remporté pour la sixième année consécutive le titre des constructeurs l’issue du Grand Prix du Japon, le 13 octobre. Le 3 novembre, Lewis Hamilton a décroché à son tour une sixième couronne mondiale des pilotes (la 5e au volant d’une Mercedes) au terme du GP des Etats-Unis à Austin.

« C’est super que je puisse le faire et je sais que l’équipe représentera l’étoile à trois branches sur et en dehors de la piste de la meilleure façon possible », a ajouté Wolff.

Le directeur technique de l’équipe James Allison devrait le remplacer sur le circuit d’Interlagos aux portes de Sao Paulo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Greenpeace a mené une action spectaculaire à l’ouverture du sommet européen, jeudi matin
: ses militants ont pris d’assaut la façade du bâtiment, déployant de grandes banderoles qui donnaient l’impression que le bâtiment était en feu. Des feux de détresse ont également été allumés en divers endroits pour faire de la fumée.

    Sommet européen: alerte orange sur l’ambition «neutralité carbone» en 2050

  2. Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

    Les marchés du carbone empoisonnent la COP25 Madrid

  3. ©News

    Europa League: éliminé, le Standard peut nourrir des regrets

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite