Incendie criminel d’un futur centre d’accueil Fedasil à Bilzen: «Surprise, tristesse et colère»

Incendie criminel d’un futur centre d’accueil Fedasil à Bilzen: «Surprise, tristesse et colère»

De mémoire de responsable de Fedasil (le centre fédéral pour l’asile et la migration), « c’est une première ». Un bâtiment de Bilzen (sud du Limbourg), qui devait devenir un centre d’accueil à la mi-décembre, a été incendié dans la nuit de dimanche à lundi. Un incendie criminel, comme l’a confirmé la zone de police locale lundi. « Notre réaction est un mélange de surprise, de tristesse et de colère », regrette le porte-parole de Fedasil, Benoit Mansy. « Au côté de la Croix Rouge flamande, qui devait s’occuper de sa gestion pratique, nous analysons ce que l’incendie implique pour l’ouverture du centre. »

Au cours des semaines passées, des actions de protestation ont été organisées non loin du bâtiment inoccupé. « C’est un phénomène que l’on observe parfois avant une ouverture. Une inquiétude que l’on peut comprendre, d’autant qu’il s’agit d’une décision prise au niveau fédéral. Selon notre expérience, après une communication de notre part avec les populations et autorités locales, les inquiétudes s’apaisent et tout se passe très bien », constate Benoit Mansy. Mais pas à Bilzen.

Cet incident se déroule dans un contexte ou Fedasil a un « besoin urgent de places » cette année. Le réseau de Fedasil compte aujourd’hui 25.100 places (contre 21.000 au début de l’année).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous