Bruxelles ravit le record de la plus grande galerie de dessins au monde

Vidé mais fier ! Yves Hanosset, le coordinateur de l’opération Ta gueule Brussel ! a rempli la mission impossible de dépasser le kilomètre de papier dessiné pour que Bruxelles s’empare du record du monde de la plus grande galerie de portraits.

« Entre le 31 octobre et le 10 novembre, nous avons vu défiler des milliers de Bruxellois et de personnes du monde entier dans la galerie Ravenstein », explique Yves Hanosset. « Ils ont signé, au total, 5.815 portraits. Nous avons englouti 4 litres d’encre de Chine, vidé 47 bombes de laque, usé 135 pinceaux, 428 pastels sec, 5 tabliers japonais et consommé 1.163 mètres de papier recyclé ! »

Des sourires pleins les pinceaux

Tout au long du premier festival de l’illustration Picture, dans le cadre duquel s’insérait la tentative de record de Ta gueule Brussel !, neuf animateurs et animatrices ont hélé, pressé et pris les passants par la main pour les convaincre de dessiner ces portraits. Il y avait dans cette équipe de choc deux plasticiens, deux illustratrices, trois étudiants, un scénographe, une historienne l’art et archéologue et un chorégraphe.

Catherine a coaché les débutants. Geneviève savait comment rembobiner du bout des doigts sans les déchirer mille mètres de papier journal. Laurence s’est improvisée professeur de dessin pour malvoyants. Lucie a joué les traductrices ambulantes d’une capitale cosmopolite. Marie et Marie-Ghislaine étaient des dépanneuses de bonne humeur, tandis que Mathieu faisait sourire les pinceaux. Mia était si enthousiaste qu’elle aurait réussi à convaincre la statue de bronze de Godefroy de Bouillon de faire un selfie. Sam pouvait dessiner même avec la bouche. Quant à Sylvain, c’était le mirador : l’homme qui voyait immédiatement ce qui n’allait pas dans le bon sens.

Le temps suspendu à la voix de Carmen

« Le dernier week-end a vu passer des adolescentes à fond les pistons », raconte Yves Hanosset, « des parents dépassés par leurs enfants, des personnes handicapées en goguette, des amoureux, un journaliste du Soir, des gens gais, des Coréens du Sud… »

Tout au long du marathon de Ta gueule Brussel !, on a vu dessiner des Belges, des Français, des Hollandais, des Thaïlandais, des Malais, des Anglais, des Turcs, des Egyptiens, des Espagnols, des Chinois, des Russes, des Italiens, des Grecs. « Les commerçants de la galerie Ravenstein se sont transformés en compagnons de route », ajoute Yves Hanosset. « Le Grec et la coiffeuse ont réalisé leurs portraits croisés. Les habitués du café de 8h15 sont venus nous soutenir. Tout le personnel du Mont des Arts s’est pointé pour peindre 40 mètres de portraits d’un seul coup ! Et puis il y a eu ce moment de grâce absolue où le temps s’est suspendu, quand en la personne de Delphine, Carmen déboula toute en voix et dessins. Après ce record du monde, je n’écouterai plus jamais Carmen de la même façon ! »

Sur le même sujet
RecordChine
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite