Séisme dans le sud-est de la France: «aucun dommage apparent» dans les sites nucléaires

L’usine Orano du Tricastin
L’usine Orano du Tricastin - Reuters

Le séisme qui a frappé la vallée du Rhône lundi matin n’a provoqué « aucun dommage apparent » aux sites nucléaires de la région mais EDF doit encore calculer l’impact exact du tremblement de terre, a indiqué l’Agence de sûreté nucléaire (ASN). « A ce stade, aucun dommage apparent n’a été constaté. Les exploitants n’ont pas identifié de problème vis-à-vis de la sûreté », a indiqué à l’AFP le directeur des centrales nucléaires à l’ASN, Rémy Catteau. « Il y a des vérifications en cours (et) nous avons demandé à EDF pour ses deux centrales nucléaires, conformément aux procédures, de vérifier que les réacteurs ne doivent pas être arrêtés afin de mener des vérifications plus poussées », a-t-il ajouté.

Le séisme, de magnitude 5,4 sur l’échelle de Richter, a surtout frappé Le Teil (Ardèche), à une dizaine de kilomètres de la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche) et à une trentaine de kilomètres du site du Tricastin (Drôme), qui regroupe notamment une centrale nucléaire et des usines d’Orano (ex-Areva) de traitement du combustible nucléaire.

« Dimensionnées pour résister à des niveaux plus élevés »

Les deux centrales ont chacune trois réacteurs sur quatre en fonctionnement, a précisé M. Catteau. « Il y a des procédures qui existent, dans lesquelles il y a des seuils, et EDF est en train de vérifier si les seuils d’accélération (du sol) ont été atteints », a-t-il relevé. « Si ces seuils sont atteints, EDF devra arrêter ses réacteurs pour mener des investigations plus poussées ».

Séisme dans le sud-est de la France : une probable réplique à venir

Quant à l’usine Orano du Tricastin, « des centrifugeuses ont été arrêtées. mais pas pour des raisons de sûreté. Ce sont des arrêts qui se font automatiquement pour protéger le matériel », a encore noté Rémy Catteau. « Les installations nucléaires sont dimensionnées pour résister à des niveaux plus élevés » de mouvements, a indiqué le responsable, notant qu’il faut prendre en considération l’accélération du sol ressentie sur place, et pas la magnitude mesurée au niveau de l’épicentre.

Sur le même sujet
Tremblement de terre
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous