Masters de Londres: Rafael Nadal dominé par le tenant du titre Alexander Zverev

Masters de Londres: Rafael Nadal dominé par le tenant du titre Alexander Zverev
Photo News

Rafael Nadal (ATP 1) a été battu dans son premier match dans le groupe Andre Agassi au Masters de fin de saison, lundi sur le court en dur de l’O2 Arena de Londres. L’Espagnol, arrivé dans la capitale anglaise amoindri par une blessure abdominale, s’est incliné devant l’Allemand Alexander Zverev (ATP 7), tenant du titre, sur le score de 6-2, 6-4 après 1h24 de jeu.

Zverev, remportant la plupart des échanges en prenant la direction des opérations grâce à son coup droit dévastateur, a pris deux fois le service de l’Espagnol pour empocher le premier set (6-2). Le droitier de 22 ans a continué sur sa lancée, breakant ’Rafa’ d’entrée dans le second.

Impérial sur son service, ne concédant aucune balle de break et passant 11 aces, Zverev a méritoirement plié la rencontre sur un service gagnant. C’est la première victoire de Zverev contre Nadal dans ce qui constituait le 6e duel entre les deux joueurs.

Vainqueur de Roland-Garros et de l’US Open cette année, Nadal est arrivé diminué dans la capitale anglaise, victime d’une petite déchirure à un muscle abdominal. Il avait d’ailleurs dû déclarer forfait avant sa demi-finale du Masters 1000 de Paris-Bercy début novembre.

Le Majorquin de 33 ans est en lutte pour la place de N.1 mondial en fin de saison avec Novak Djokovic, qui a lui réussi son début dans le tournoi.

En début de journée, le Grec Stefanos Tsitsipas (ATP 6) a battu le Russe Daniil Medvedev (ATP 4) sur le score de 7-6 (5), 6-4 dans un duel de novices dans ce rendez-vous de fin de saison.

Mardi après-midi, le Suisse Roger Federer (ATP 3) défiera l’Italien Matteo Berrettini (ATP 8) dans un duel de battus de la première journée dans le groupe Björn Borg. Le Serbe Novak Djokovic (ATP 2) et l’Autrichien Dominic Thiem (ATP 5) s’affronteront eux mardi soir.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • EPA

    Par À Melbourne, Yves Simon

    Grands Chelems

    De «bad boy» à «good boy»: le nouveau visage de Nick Kyrgios

  • BELGA

    Par À Melbourne, Yves Simon

    Grands Chelems

    Open d’Australie: David Goffin a d’emblée affiché sa grande forme actuelle

  • belga

    Par À Melbourne, Yves Simon

    Grands Chelems

    Open d’Australie: Greet Minnen, la nouvelle sensation belge

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite