Bolivie: Morales s’enfuit vers le Mexique

L’ex-président bolivien Morale dans son avion vers le Mexique
L’ex-président bolivien Morale dans son avion vers le Mexique - AFP

Frères et soeurs, je pars pour le Mexique», a twitté lundi peu après 21h30 heure locale (01h30 mardi) M. Morales, qui a démissionné dimanche. «Ça me fait mal d’abandonner le pays pour des raisons politiques, mais je serai toujours attentif. Je reviendrai bientôt avec plus de force et d’énergie».

Quelques minutes plus tôt, des médias locaux ont annoncé qu’un avion militaire mexicain avait atterri dans un aéroport de la région centrale de Cochabamba, le fief du leader socialiste, après une escale à Lima, comme l’avaient indiqué les autorités péruviennes.

«Evo Morales est déjà dans l’avion du gouvernement mexicain chargé d’assurer son transfert en toute sécurité vers notre pays», a ensuite confirmé le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard.

Ce ministre a publié, toujours sur Twitter, une photo où l’on voit M. Morales dans un avion et recouvert d’un drapeau mexicain qu’il tend à deux mains.

M. Ebrard avait assuré plus tôt que son gouvernement avait été sollicité par M. Morales: «Il nous a demandé verbalement et de façon formelle de lui accorder l’asile politique dans notre pays». Mexico le lui avait déjà proposé la veille.

«Après avoir pillé et tenté de mettre le feu à ma maison à Villa Victoria, des groupes vandales des putschistes [Carlos] Mesa et [Luis Fernando] Camacho ont fait irruption chez moi dans le quartier de Magisterio à Cochabamba. Je suis très reconnaissant à mes voisins qui ont arrêté ces raids», a twitté M. Morales (60 ans), en référence au candidat d’opposition qui réclamait un second tour à l’élection présidentielle, et au fer de lance de la révolte populaire contre le résultat du scrutin de fin octobre jugé frauduleux.

Le président socialiste a démissionné mais aussi les successeurs prévus par la Constitution dans l’hypothèse d’un départ du chef de l’Etat: le vice-président Alvaro Garcia, la présidente et le vice-président du Sénat ainsi que le président de la Chambre des députés, entraînant une vacance du pouvoir.

C’est donc la deuxième vice-présidente du Sénat, Jeanine Añez, qui a revendiqué la présidence par intérim. «Nous allons convoquer des élections avec des personnalités qualifiées qui vont conduire le processus électoral afin de refléter ce que veulent tous les Boliviens», a-t-elle déclaré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161121-GC9521 2020-01-18 14:54:13

    Emir Kir exclu du PS: les conséquences au fédéral et à Saint-Josse

  2. Les CPAS des grandes villes continuent à délivrer de nombreuses aides parce que la pauvreté s’y concentre.

    Quand les CPAS wallons aggravent la précarité

  3. Aux yeux de la Reine, la seule solution possible à la crise provoquée par la décision du couple de renoncer aux obligations royales était une séparation brutale mais claire.

    Epilogue Harry-Meghan: la Reine, William et Kate sont les grands gagnants

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite