La police menace de grève car un agent est sanctionné pour avoir tiré en l’air

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Photo News

Plus d’un millier d’agents de la police de la route menacent de faire grève pendant plus d’un mois, écrivent mardi Het Laatste Nieuws et De Morgen. La raison de leur mécontentement est la sanction infligée à l’un de leurs collègues pour avoir tiré un coup de semonce alors que lui et un autre agent étaient attaqués.

Le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V) devrait recevoir un préavis de grève mardi, ce qui permettra à 1.100 membres de la police de la route de mener des actions entre le 29 novembre et le 2 janvier. Le syndicat SLFP ne s’avance pas quant aux perturbations pour les usagers. « Les actions peuvent prendre différentes formes », souligne son président Vincent Gilles.

Les agents veulent protester contre une procédure disciplinaire engagée à l’encontre de l’un de leurs collègues par un chef de la police fédérale. Cet agent avait, lors d’une intervention dans le Hainaut, tiré un coup de semonce. Selon l’enquête, le coup était légitime car l’agent et son coéquipier étaient menacés par dix voleurs sur une aire d’autoroute mais un avertissement a néanmoins été ajouté au dossier du policier. Cette sanction a été justifiée par le fait que l’homme aurait dû tirer vers le sol et non en l’air. « Ridicule », répond le syndicat SLFP. « Il devrait recevoir des félicitations, pas une punition. »

Sur le même sujet
PoliceGrèveSLFP
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite