Israël tue un haut commandant palestinien à Gaza

Israël tue un haut commandant palestinien à Gaza
AFP

L’armée israélienne a tué mardi matin un haut commandant du Djihad islamique, un groupe islamiste armé palestinien, qui a répliqué avec des salves de roquettes sur Israël où plusieurs villes étaient en état d’alerte, laissant craindre une escalade.

Les sirènes d’alarme ont été activées dans de nombreuses villes israéliennes à proximité de Gaza jusque dans la métropole économique Tel-Aviv, où les écoles et les universités ont été fermées en raison des tirs.

A Damas, en Syrie, des frappes ont aussi ciblé un responsable politique du Djihad islamique, tuant deux personnes dont son fils, a indiqué l’agence officielle syrienne Sana, imputant la responsabilité de la frappe à Israël.

Dans la bande de Gaza, le Djihad islamique a confirmé la mort du commandant Baha Abou Al-Ata, 42 ans, et de sa femme, après que l’armée israélienne a annoncé avoir « attaqué » dans une « frappe chirurgicale » un immeuble où résidait ce haut dirigeant du Djihad islamique. Des résidents ont rapporté qu’une explosion avait frappé le domicile d’Abou Ata dans le district de Chajaïya à l’est de la ville de Gaza. Et les mosquées locales ont annoncé sa mort.

Le Djihad islamique a annoncé être en « alerte maximale » après l’opération contre l’un de ses ténors, promettant un barrage de roquettes sur le sud d’Israël dans des villes entourant Gaza et à Tel-Aviv. Peu après, Israël a fait état d’un « nombre important de tirs vers Israël » depuis la bande de Gaza, sous contrôle depuis plus de dix ans d’un autre mouvement islamiste, le Hamas, et sous blocus israélien.

« Notre message au Hamas et au Djihad islamique palestinien est que nous ne cherchons pas une escalade (…) mais que nous sommes prêts à des scénarios défensifs et offensifs », a déclaré lors d’une conférence téléphonique le porte-parole de l’armée israélienne, Jonathan Conricus. « Nous nous préparons à plusieurs jours d’affrontements », a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite