Royaume-Uni: le Parti travailliste victime d’une cyberattaque en pleine campagne

Jeremy Corbyn
Jeremy Corbyn - Reuters

Le Parti travailliste, principal parti d’opposition britannique, a été victime mardi d’une « cyberattaque sophistiquée et de grande ampleur » en pleine campagne pour les élections législatives du 12 décembre.

« Les plateformes numériques du Parti travailliste ont été touchées par une cyberattaque sophistiquée et de grande ampleur », a affirmé un porte-parole dans un communiqué, ajoutant que l’attaque avait échoué « grâce au solide système de sécurité ».

Le Labour a assuré que le fonctionnement de ses plateformes n’avait pas été interrompu mais a déploré le ralentissement temporaire de « certaines activités électorales » non précisées en raison des mesures de sécurité prises en réponse à l’attaque.

La parti de Jeremy Corbyn n’a pas précisé s’il disposait d’élément sur l’origine de l’attaque, indiquant avoir saisi les autorités spécialisées.

Le Royaume-Uni se trouve en pleine campagne électorale pour les législatives anticipées convoquées le 12 décembre pour sortir le pays de l’impasse du Brexit.

Avec ce troisième scrutin législatif en quatre ans, le Premier ministre conservateur Boris Johnson espère ainsi retrouver une majorité lui permettant de sortir son pays de l’Union européenne mais le résultat de ce pari reste très incertain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette touche au terme de sa mission
: l’informateur royal est attendu lundi au Palais. © Photo News.

    Négociations fédérales: les anti-arc-en-ciel se déchaînent

  2. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  3. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite