L’Iran accuse les Européens d’hypocrisie sur le nucléaire

Le président iranien Hassan Rohani
Le président iranien Hassan Rohani - Reuters

L’Iran s’en est pris mardi aux Européens qui ont critiqué les récentes mesures de relance de ses activités nucléaires tout en échouant à l’aider à contourner les sanctions américaines. Parties à l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, tentent, avec l’Union européenne (UE), de sauver le pacte, menacé depuis le retrait des Etats-Unis en 2018. En riposte à ce retrait unilatéral, assorti du rétablissement de sanctions américaines qui asphyxient son économie, l’Iran s’est progressivement affranchi de certains engagements pris en vertu de l’accord, espérant faire pression sur ses partenaires pour qu’ils l’aident à contourner les sanctions.

La semaine dernière, Téhéran a repris ses activités d’enrichissement d’uranium dans l’usine souterraine de Fordo, jusque-là gelées conformément au pacte. Paris, Berlin, Londres et Bruxelles ont affirmé lundi avoir de leur côté « totalement respecté » leurs engagements, et notamment la levée des sanctions internationales qui pesaient déjà à l’époque sur l’économie iranienne. « Il est désormais essentiel que l’Iran respecte ses engagements et travaille avec tous les participants au JCPOA (sigle de l’accord de Vienne sur le nucléaire, ndlr), afin de permettre une désescalade des tensions », ont-ils ajouté dans un communiqué commun.

« Vous ? Vous avez totalement respecté les engagements pris en vertu du JCPOA ? Vraiment ? », a rétorqué mardi le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif sur Twitter. Et lors d’une conférence de presse, le président Hassan Rohani a affirmé que son pays « avait attendu un an », avant de commencer son désengagement progressif de l’accord. « Personne ne peut nous accuser d’avoir abandonné aujourd’hui les engagements en vertu du JCPOA », a-t-il déclaré. « C’est un problème que notre ennemi a créé pour nous », a ajouté M. Rohani en référence aux Etats-Unis.

« Le chemin de la résistance et de la persévérance »

L’approche de l’Iran, selon M. Rohani, est de prendre « le chemin de la résistance et de la persévérance » en réduisant ses engagements et en négociant. « Nous négocions avec le monde (…) Ils nous font des propositions, nous leur faisons des propositions. Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas accepté les propositions qu’on m’a faites », a-t-il ajouté.

Le président iranien n’a en revanche pas mentionné le rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), consulté lundi par l’AFP. L’organe onusien y indique avoir détecté des « particules d’uranium naturel d’origine anthropogénique » -c’est-à-dire due à des activités humaines- dans « un lieu en Iran non déclaré à l’Agence ».

L’AIEA ne nomme pas ce site. Selon des sources diplomatiques, l’agence avait posé des questions à Téhéran concernant un lieu signalé par Israël, qui y soupçonnait des activités nucléaires. « La coopération entre l’Iran et l’agence sur cette question est toujours en cours. Toute tentative de porter un jugement prématuré (…) sur la situation viserait donc à déformer les faits à des fins politiques », a affirmé dans un communiqué l’ambassadeur iranien auprès de l’AIEA.

Kazem Gharib Abadi a assuré que l’AIEA avait eu accès au site avec « la plus grande coopération » de la part de Téhéran.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite