Elections législatives en Espagne: accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement

Pedro Sanchez (à gauche) et Pablo Iglesias
Pedro Sanchez (à gauche) et Pablo Iglesias - Reuters

Le Parti socialiste du chef du gouvernement espagnol sortant Pedro Sanchez et la formation de gauche radicale Podemos ont scellé un accord de principe pour former un gouvernement de coalition, ont annoncé mardi M. Sanchez et le chef de Podemos. Un gouvernement composé de ces deux formations, qui avaient échoué à s’entendre il y a quelques mois, nécessitera toutefois l’appui d’autres forces pour être investi par la chambre des députés issue des législatives de dimanche. S’il est investi, ce gouvernement mettra fin à des mois de paralysie politique dans la quatrième économie de la zone euro.

« Nous sommes parvenus à un pré-accord pour former un gouvernement de coalition progressiste (…) combinant l’expérience du PSOE (Parti Socialiste) et le courage de Podemos » et qui sera « le meilleur vaccin contre l’extrême droite » de Vox, a déclaré le numéro un de Podemos, Pablo Iglesias. Le programme commun et la répartition des postes seront fixés dans « les prochaines semaines », a-t-il ajouté.

« C’est un accord pour quatre ans, pour la législature », a déclaré de son côté M. Sanchez. « Il n’y a pas de raison pour un nouveau blocage, nous appelons à la responsabilité et à la générosité de toutes les formations politiques » pour qu’elles permettent l’investiture d’un tel gouvernement, « l’Espagne a besoin d’un gouvernement stable », a-t-il ajouté.

155 députés à la Chambre sur 350

Les socialistes et Podemos disposent ensemble de 155 députés alors que la majorité de la Chambre est fixée à 176 voix sur 350. Les socialistes espèrent pouvoir s’assurer du soutien des libéraux de Ciudadanos, qui se sont effondrés dimanche et ont désormais 10 députés contre 57 fin avril, et d’autres petits partis, ce qui leur permettrait de ne pas dépendre de l’appui des séparatistes catalans qui comptent 23 sièges au Parlement.

Le PSOE et Podemos avaient échoué à s’entendre pour former un gouvernement commun après les dernières élections d’avril, ce qui avait rendu inévitable la convocation de nouvelles législatives dimanche. Ce scrutin, qui a vu les socialistes et Podemos reculer, a été marqué par un bond de Vox, formation ultranationaliste devenue la troisième force politique du pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

  3. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, après avoir annoncé qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Tom Steyer (62 ans) et Michael Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président des États-Unis – à la tête d’un pactole de 4,1 milliards de...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite