Elections législatives en Espagne: accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement

Pedro Sanchez (à gauche) et Pablo Iglesias
Pedro Sanchez (à gauche) et Pablo Iglesias - Reuters

Le Parti socialiste du chef du gouvernement espagnol sortant Pedro Sanchez et la formation de gauche radicale Podemos ont scellé un accord de principe pour former un gouvernement de coalition, ont annoncé mardi M. Sanchez et le chef de Podemos. Un gouvernement composé de ces deux formations, qui avaient échoué à s’entendre il y a quelques mois, nécessitera toutefois l’appui d’autres forces pour être investi par la chambre des députés issue des législatives de dimanche. S’il est investi, ce gouvernement mettra fin à des mois de paralysie politique dans la quatrième économie de la zone euro.

« Nous sommes parvenus à un pré-accord pour former un gouvernement de coalition progressiste (…) combinant l’expérience du PSOE (Parti Socialiste) et le courage de Podemos » et qui sera « le meilleur vaccin contre l’extrême droite » de Vox, a déclaré le numéro un de Podemos, Pablo Iglesias. Le programme commun et la répartition des postes seront fixés dans « les prochaines semaines », a-t-il ajouté.

« C’est un accord pour quatre ans, pour la législature », a déclaré de son côté M. Sanchez. « Il n’y a pas de raison pour un nouveau blocage, nous appelons à la responsabilité et à la générosité de toutes les formations politiques » pour qu’elles permettent l’investiture d’un tel gouvernement, « l’Espagne a besoin d’un gouvernement stable », a-t-il ajouté.

155 députés à la Chambre sur 350

Les socialistes et Podemos disposent ensemble de 155 députés alors que la majorité de la Chambre est fixée à 176 voix sur 350. Les socialistes espèrent pouvoir s’assurer du soutien des libéraux de Ciudadanos, qui se sont effondrés dimanche et ont désormais 10 députés contre 57 fin avril, et d’autres petits partis, ce qui leur permettrait de ne pas dépendre de l’appui des séparatistes catalans qui comptent 23 sièges au Parlement.

Le PSOE et Podemos avaient échoué à s’entendre pour former un gouvernement commun après les dernières élections d’avril, ce qui avait rendu inévitable la convocation de nouvelles législatives dimanche. Ce scrutin, qui a vu les socialistes et Podemos reculer, a été marqué par un bond de Vox, formation ultranationaliste devenue la troisième force politique du pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite