Accueil Monde Amériques

Colombie: «Si on parle on nous tue, si on se tait aussi»

Des dizaines de dirigeants amérindiens ont été tués ces derniers mois. Ces assassinats s’ajoutent à ceux perpétrés contre les anciens guérilleros des Farc et les militants des droits de l’homme dans un contexte très polémique qui a obligé le ministre de la Défense à démissionner.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Si on parle on nous tue, si on se tait on nous tue, alors autant parler », avait déclaré, le 29 octobre, Cristina Bautista, 42 ans, dirigeante du peuple Nasa, lors d’un rassemblement de sa communauté près de Tacueyo (département du Cauca) dans le sud-ouest de la Colombie. Quelques heures après, elle perdait la vie avec quatre de ses compagnons de la Garde indigène (non armés), victime d’un attentat attribué à un groupe présenté comme une dissidence de l’ancienne guérilla des Farc.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs