Masters de Londres: Roger Federer engrange sa première victoire

Masters de Londres: Roger Federer engrange sa première victoire
Photo News

Roger Federer a ouvert son compteur de victoires au Masters de tennis mardi à l’O2 Arena de Londres pour sa deuxième rencontre du Groupe Björn Borg. Le Suisse, 3e joueur du monde, dominé en entrée par l’Autrichien Dominic Thiem dimanche (7-5, 7-5), a battu cette fois l’Italien Matteo Berrettini, 8e mondial.

Roger Federer, 38 ans, s’est imposé en deux manches 7-6 (7/2), 6-3 au bout d’une heure et 18 minutes de match.

Les deux hommes se sont tenus de près durant un premier set conclu au jeu décisif (7 points à 2) en 43 minutes en faveur du Suisse qui remportait ainsi la première manche de son 17e Masters. Dans la seconde, Federer prenait d’entrée le service de son adversaire (2-0) empêchant l’Italien de lui rendre la pareille, de justesse, savant en effet trois balles de break dans le 8e jeu.

« C’est assez inhabituel de perdre dans un tournoi puis de revenir et gagner son match suivant », a plaisanté Roger Federer. « Mais j’ai eu cette expérience-là de l’an dernier. Il (Berrettini) a très bien joué au premier set et j’étais content de pouvoir faire le break dans le second set. J’ai rendu une copie sans faute sur mon service et ça, c’est très bien. »

Le Serbe Novak Djokovic (ATP 2), vainqueur de ce tournoi de fin de saison à cinq reprises, et l’Autrichien Dominic Thiem (ATP 5) s’affronteront dans la soirée pour le second match du groupe de la journée.

Dans l’autre poule, lundi, Rafael Nadal (ATP 1) avait été battu dans son premier match dans le groupe Andre Agassi par l’Allemand Alexander Zverev (ATP 7), tenant du titre, 6-2, 6-4.

Vainqueur de Roland-Garros et de l’US Open cette année, Nadal est arrivé diminué dans la capitale britannique, victime d’une petite déchirure à un muscle abdominal. Il avait d’ailleurs dû déclarer forfait avant sa demi-finale du Masters 1000 de Paris-Bercy début novembre.

Le Majorquin de 33 ans est en lutte pour la place de N.1 mondial en fin de saison avec Novak Djokovic.

Plus tôt dans la journée lundi, le Grec Stefanos Tsitsipas (ATP 6) avait écarté le Russe Daniil Medvedev (ATP 4) 7-6 (5), 6-4.

Roger Federer, six fois lauréat de ce traditionnel rendez-vous de fin de saison rassemblant les huit meilleurs joueurs de la saison, jouera sa qualification contre Novak Djokovic jeudi.

Matteo Berrettini, battu en entrée par Novak Djokovic dimanche, peut toujours rêver de devenir le premier italien à gagner un match au Masters, mais le garçon de 23 ans devra le faire jeudi contre Dominic Thiem.

Mercredi, Rafael Nadal est opposé à Daniil Medvedev et Alexander Zverev fera face au Grec Stefanos Tsitispas dans le groupe André Agassi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite