NBA: les San Antonio Spurs retirent le maillot de Tony Parker, définitivement au Panthéon (vidéos)

NBA: les San Antonio Spurs retirent le maillot de Tony Parker, définitivement au Panthéon (vidéos)
AFP

Un maillot apparaît au plafond, floqué d’un numéro 9 que personne d’autre ne portera, fixé par son propriétaire au sourire d’enfant, contenant ses larmes malgré l’émotion et la fierté : Tony Parker est entré lundi dans le panthéon des San Antonio Spurs.

« Merci, San Antonio. Ca fait du bien d’être à la maison. Ici ce sera toujours la maison pour moi. C’est très émouvant », a déclaré le Français qui avait souhaité que le retrait de son maillot, acte honorifique suprême dans les franchises NBA, ait lieu en ce 11 novembre marquant la fin de la Première guerre mondiale.

« Mon père est américain. Mon grand-père maternel a eu la Purple Heart (une médaille militaire américaine). Il faut saluer tous les vétérans », a-t-il embrayé, avant de remercier l’assemblée : son épouse, ses deux enfants Josh et Liam, son ancien entraîneur Gregg Popovich et ses anciens coéquipiers David Robinson, Bruce Bowen, Tim Duncan, Manu Ginobili aux maillots déjà retirés.

Avec Duncan et Ginobili, il a formé un des « Big 3 » les plus talentueux de l’histoire couronné de quatre titres de champion (2003, 2005, 2007, 2014) Et le voilà donc membre à leur côté du club très fermé des immortels des Spurs, avec également Johnny Moore, Avery Johnson, James Silas, Sean Elliott et George Gervin.

La cérémonie, en présence de nombreux amis de « TP » parmi lesquels les frenchies qui lui ont emboîté le pas en NBA, Boris Diaw, Nicolas Batum, Ian Mahinmi, Ronnie Turiaf, s’est déroulée juste après la défaite des Spurs face à Memphis (113-109).

« Le plus chanceux des hommes »

Comme imaginé, compte tenu de leur relation très forte, Gregg Popovich a tenu un discours des plus émouvants, mais pas dénué d’humour.

« Je veux m’excuser pour les abus physiques et moraux que je t’ai fait subir… Mais la vérité, c’est que j’ai été le plus chanceux des hommes de te faire jouer et de te voir à présent entrer au panthéon de la gloire (des Spurs). Tu as rendu ma vie plus riche », a dit « coach Pop » devant un Parker aux yeux embués.

En 17 ans sous le maillot de San Antonio, TP9 a disputé 1198 matches cumulant 15,8 points, 2,8 rebonds et 5,7 passes décisives de moyenne. Et s’est bâti un palmarès étourdissant : outre ses quatre bagues de champion, il a été MVP des finales 2007, sélectionné six fois au All-Star Game.

Pas mal pour le gamin de 19 ans et 173 jours devenu le 6 novembre 2001, contre Orlando, le plus jeune meneur de jeu titulaire de l’histoire de la NBA.

« Son niveau de maturité était hors-norme. Il comprenait tout ce qu’il devait faire, ce que nous attendions de lui. Il s’est amélioré encore et encore, endurci encore et encore. Il a été vraiment remarquable », avait salué Popovich dans une vidéo diffusée avant la cérémonie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite