NBA: les San Antonio Spurs retirent le maillot de Tony Parker, définitivement au Panthéon (vidéos)

NBA: les San Antonio Spurs retirent le maillot de Tony Parker, définitivement au Panthéon (vidéos)
AFP

Un maillot apparaît au plafond, floqué d’un numéro 9 que personne d’autre ne portera, fixé par son propriétaire au sourire d’enfant, contenant ses larmes malgré l’émotion et la fierté : Tony Parker est entré lundi dans le panthéon des San Antonio Spurs.

« Merci, San Antonio. Ca fait du bien d’être à la maison. Ici ce sera toujours la maison pour moi. C’est très émouvant », a déclaré le Français qui avait souhaité que le retrait de son maillot, acte honorifique suprême dans les franchises NBA, ait lieu en ce 11 novembre marquant la fin de la Première guerre mondiale.

« Mon père est américain. Mon grand-père maternel a eu la Purple Heart (une médaille militaire américaine). Il faut saluer tous les vétérans », a-t-il embrayé, avant de remercier l’assemblée : son épouse, ses deux enfants Josh et Liam, son ancien entraîneur Gregg Popovich et ses anciens coéquipiers David Robinson, Bruce Bowen, Tim Duncan, Manu Ginobili aux maillots déjà retirés.

Avec Duncan et Ginobili, il a formé un des « Big 3 » les plus talentueux de l’histoire couronné de quatre titres de champion (2003, 2005, 2007, 2014) Et le voilà donc membre à leur côté du club très fermé des immortels des Spurs, avec également Johnny Moore, Avery Johnson, James Silas, Sean Elliott et George Gervin.

La cérémonie, en présence de nombreux amis de « TP » parmi lesquels les frenchies qui lui ont emboîté le pas en NBA, Boris Diaw, Nicolas Batum, Ian Mahinmi, Ronnie Turiaf, s’est déroulée juste après la défaite des Spurs face à Memphis (113-109).

« Le plus chanceux des hommes »

Comme imaginé, compte tenu de leur relation très forte, Gregg Popovich a tenu un discours des plus émouvants, mais pas dénué d’humour.

« Je veux m’excuser pour les abus physiques et moraux que je t’ai fait subir… Mais la vérité, c’est que j’ai été le plus chanceux des hommes de te faire jouer et de te voir à présent entrer au panthéon de la gloire (des Spurs). Tu as rendu ma vie plus riche », a dit « coach Pop » devant un Parker aux yeux embués.

En 17 ans sous le maillot de San Antonio, TP9 a disputé 1198 matches cumulant 15,8 points, 2,8 rebonds et 5,7 passes décisives de moyenne. Et s’est bâti un palmarès étourdissant : outre ses quatre bagues de champion, il a été MVP des finales 2007, sélectionné six fois au All-Star Game.

Pas mal pour le gamin de 19 ans et 173 jours devenu le 6 novembre 2001, contre Orlando, le plus jeune meneur de jeu titulaire de l’histoire de la NBA.

« Son niveau de maturité était hors-norme. Il comprenait tout ce qu’il devait faire, ce que nous attendions de lui. Il s’est amélioré encore et encore, endurci encore et encore. Il a été vraiment remarquable », avait salué Popovich dans une vidéo diffusée avant la cérémonie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette touche au terme de sa mission
: l’informateur royal est attendu lundi au Palais. © Photo News.

    Négociations fédérales: les anti-arc-en-ciel se déchaînent

  2. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  3. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite