Maggie De Block sur la surconsommation d’antibiotiques: «Il s’agit d’une lutte collective»

Maggie De Block sur la surconsommation d’antibiotiques: «Il s’agit d’une lutte collective»
BRUNO DALIMONTE

En 2017, la ministre de la Santé Maggie De Block a augmenté le prix des antibiotiques. L’objectif de la ministre était de contrer la surconsommation d’antibiotiques et de limiter le développement de résistances qui en découle, le tout en réalisant des économies de l’ordre de 15 millions d’euros. Pour Solidaris qui a mené une étude, cela ne sert à rien de pénaliser les patients en augmentant les antibiotiques.

On s’en doute, l’analyse de Maggie De Block (OpenVLD), ministre fédérale de la Santé, n’est pas tout à fait la même. « Le recours aux antibiotiques est en baisse ces dernières années, pour la première fois, la consommation a diminué », explique-t-elle. « Néanmoins », concède-t-elle, « un retard historique doit être résorbé. À cet effet, nous travaillons depuis le début de cette législature pour limiter leur consommation. Les prix plus élevés font partie d’une stratégie large pour limiter leur usage. Nous menons régulièrement des campagnes de sensibilisation destinées à la population. Les médecins généralistes reçoivent par ailleurs des retours personnalisés quant à leur attitude en matière de prescriptions, mais aussi des recommandations sur les bonnes pratiques. » Dans le même esprit, la ministre a pris des mesures pour imposer des conditions plus strictes lors de prescriptions de quinolone, un antibiotique à large spectre.

« Tout le monde doit être conscient qu’il s’agit d’une lutte collective impliquant les médecins, les mutuelles, les gouvernements et les citoyens », affirme la ministre.

Sur le même sujet
Personnel médical
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous