Accueil Monde

Du banc des accusés, le Kremlin réplique: «Ceci est une nouvelle guerre froide»

La 52ème Conférence de Munich sur la Sécurité a largement été dominée par l’escalade militaire russe dans le dossier syrien. Le rendez-vous a confirmé le schisme grandissant entre le Kremlin et l’Ouest.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Dmitri Medvedev a posé ça, là, d’entrée de jeu. « La première guerre froide a pris fin il y a 25 ans », a dit le Premier ministre russe à l’entame de son discours, débité à un rythme de mitraillette. Et pour les distraits qui n’auraient pas capté le message de cette « première » guerre : « Pour parler crûment, nous entrons rapidement dans une période de nouvelle guerre froide (…) Je suis parfois perplexe : sommes-nous en 2016 ou en 1962 ? »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs