Evo Morales obtient l’asile politique au Mexique: «La lutte continue», promet-il

Evo Morales obtient l’asile politique au Mexique: «La lutte continue», promet-il
AFP

L’ex-président bolivien Evo Morales a atterri mardi au Mexique et a dénoncé à sa descente d’avion « le coup d’Etat » dans son pays, promettant de « continuer la lutte », lors d’une conférence de presse.

« Merci au Mexique à ses autorités, et je tiens à vous dire que tant que je suis en vie, je reste en politique, tant que nous sommes dans le train de la vie, la lutte continue », a déclaré M. Morales. « Ce n’est pas ce coup d’Etat qui va me faire changer d’opinions « politiques », a-t-il martelé.

« J’ai renoncé pour éviter plus de violence », a ajouté l’ancien président, en remerciant le Mexique -- qui lui a accordé l’asile politique -- de lui avoir « sauvé la vie ».

L’avion militaire mexicain qui le transportait a atterri à 18h locales (17h GMT). M. Morales, en polo bleu ciel, a été accueilli par le chef de la diplomatie mexicaine Marcelo Ebrard. « Nous vous souhaitons la bienvenue de la part du président Manuel Andres Obrador et de tout le peuple mexicain », a déclaré M. Ebrard.

Evo Morales est rapidement apparu à la porte de l’avion, très souriant, accompagné de plusieurs personnes, et a serré la main de Marcelo Ebrard

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite