Anne-Sophie Bailly devient la nouvelle rédactrice en chef du Vif-L’Express

Anne-Sophie Bailly devient la nouvelle rédactrice en chef du Vif-L’Express
Alain Dewez

Anne-Sophie Bailly, rédactrice en chef adjointe de L’Echo, va quitter « très prochainement » la rédaction du quotidien économique pour diriger celle de l’hebdomadaire Le Vif-L’Express où elle doit succéder à Thierry Fiorilli, annonce mardi soir L’Echo sur son site internet.

Entrée comme journaliste à L’Echo il y a 22 ans, Anne-Sophie Bailly (47 ans) a fait l’essentiel de son parcours au service Entreprises, qu’elle a ensuite dirigé.

Tant la direction de Mediafin que la rédaction de L’Echo regrettent son départ et saluent son très grand professionnalisme, son sens de l’information et son entrain. Anne-Sophie Bailly avait été promue en 2016 à la rédaction en chef adjointe, avec la mission spécifique de coordonner l’actualité quotidienne et la complémentarité entre le site et l’édition papier de L’Echo.

Elle est également chargée d’enseignement auprès de l’école de journalisme de l’Université catholique de Louvain (UCL).

Mme Bailly succède à Thierry Fiorilli (54 ans) qui avait accédé à la rédaction en chef du magazine de Roularta à l’été 2015. M. Fiorilli a été journaliste à Bel-RTL et au service international du Soir, où il était aussi chef de différents services du quotidien ainsi que responsable des pages Polémique et du supplément Victor.

Sur le même sujet
UCL
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite