Enodia/Publifin: Julie Fernandez Fernandez succédera à Muriel Targnion à la présidence

Enodia/Publifin: Julie Fernandez Fernandez succédera à Muriel Targnion à la présidence

Il y a un mois, Muriel Targnion (bourgmestre de Verviers) annonçait renoncer à la présidence de l’intercommunale liégeoise Enodia (ex Publifin), poussée vers la sortie par son propre parti. Depuis, le PS galère pour lui trouver un(e) remplaçant(e), qui doit obligatoirement être un(e) élu(e) communal(e) (c’est la loi).

La fédération verviétoise ne veut plus du poste, et a refilé la patate chaude à Liège. Où un nom a fini par faire consensus, après quelques tergiversations : celui de Julie Fernandez Fernandez, échevine de la Cohésion sociale à la Ville (et ancienne secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées sous le gouvernement Leterme). Elle devrait être cooptée au CA d’Enodia de ce jeudi, et en prendre la présidence dans la foulée. Pour lui permettre d’entrer au conseil sur quota « PS liégeois » (où il n’est pas possible d’ajouter un siège), l’administrateur actuel Léon Campstein devra démissionner et lui céder sa place. Une information confirmée ce mercredi par l’intéressée.

Malgré un bon score personnel au scrutin communal de 2018, Julie Fernandez Fernandez n’avait pas demandé/obtenu de présidence d’intercommunale. Elle espérait plutôt, au moment de la « grande distribution » des postes, pouvoir cumuler son mandat de députée fédérale et celui d’échevine. Ce cumul lui ayant été refusé (elle a dû renoncer à son siège à la Chambre), la voici annoncée chez Enodia.

Sur le même sujet
PublifinLois et règlements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite