Incendie criminel à Bilzen: des contrôles de police accrus autour d’un autre centre d’asile

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Jonas Roosens

La commune de Léau (Brabant flamand) a décidé de prévoir des contrôles de police supplémentaires autour d’un futur centre pour demandeurs d’asile à Dormaal, à une quarantaine de kilomètres du site de Bilzen qui a été incendié dimanche.

Incendie criminel d’un futur centre d’accueil Fedasil à Bilzen: «Surprise, tristesse et colère»

« Nous avons décidé de prévoir des mesures supplémentaires. La police locale a déjà effectué des contrôles réguliers à proximité du bâtiment, mais nous avons demandé que ces contrôles soient renforcés et que la vigilance soit accrue », a indiqué le bourgmestre de Léau Boudewijn Herbots (CD&V) sur la chaîne locale ROBtv.

L’ouverture prochaine du centre pour demandeurs d’asile par Fedasil à Dormaal est contestée dans l’entité par une partie de la population. Il doit accueillir 130 résidents et 28 membres du personnel.

Il est rapidement apparu que l’incendie dans le futur centre de Bilzen est d’origine criminelle. Le ou les auteurs sont recherchés par la police. Toutes sortes de déclarations douteuses ont circulé sur les réseaux sociaux dans la foulée de l’événement, poussant le parquet à ouvrir une enquête sur une possible violation de la loi antiraciste.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

  2. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  3. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite