Election au MR: Ducarme a refusé de débattre avec Bouchez au lendemain du premier tour

Le second tour est lancé. Au lendemain du dépouillement de la première manche du scrutin, les deux candidats à la présidence du MR, Denis Ducarme et Georges-Louis Bouchez, se sont succédé ce mercredi au micro de Matin Première.

Le premier n’a pas voulu débattre ce mercredi matin, ce qui lui a valu un tacle de la part de la part du second. « Je ne comprends pas ce refus du débat, a affirmé Georges-Louis Bouchez. Je trouve ça un peu décevant, risible. » « Je pense qu’on aura des débats, s’est défendu Denis Ducarme. Ce matin c’est l’occasion de faire le point sur les élections. »

« Sa méthode est assimilable à du populisme »

Denis Ducarme a lui aussi lancé des piques à son adversaire et à ses soutiens. « Il y a un enseignement important : le militant du MR ne s’est pas laissé confisquer ce scrutin. Quand il y a une élection interne, il est appréciable de ne pas donner de consigne ou d’appel au vote. »

Georges-Louis Bouchez lui a répliqué : « Le rôle de président du MR est de rassembler le parti et on ne peut pas rassembler si on joue la base contre les élites. Sa méthode (celle de Denis Ducarme ndlr) est dangereuse car elle est assimilable à du populisme. »

Sur le même sujet
Élections
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite