Raymond Poulidor, légende du cyclisme français, est décédé à l’âge de 83 ans

©Photonews
©Photonews

Raymond Poulidor, légende du cyclisme français, est décédé ce mercredi à l’âge de 83 ans. C’est le quotidien français L’Équipe qui a annoncé la triste nouvelle. Hospitalisé depuis le 8 octobre dernier en raison d’une grande fatigue, le coureur français est décédé à Saint-Léonard-de-Noblat dans sa commune du limousin, mercredi à 2 heures du matin, écrit le quotidien sportif français.

Sa carrière, marquée par sa rivalité avec son compatriote Jacques Anquetil, s’était achevée à la fin des années ’70. Sportivement, il demeure dans l’imaginaire comme l’éternel second, lui qui monta sur la deuxième marche du podium du Tour de France à huit reprises entre 1962 et 1976, sans en porter le maillot jaune une seule fois.

Raymond Poulidor vu par les photographes du «Soir»

Il a remporté cependant sept étapes du Tour. Champion de France en 1961, Raymond Poulidor a notamment inscrit à son palmarès aussi le Tour d’Espagne (1964), Milan-San Remo (1961) et la Flèche wallonne (1963), Paris-Nice (1972 et 1973) et le Dauphiné (1966 et 1969). Il recense 73 victoires à son compteur.

Grand-père du Néerlandais Mathieu van der Poel, Raymond Poulidor a vu sa carrière s’étendre sur 18 années. Excellent grimpeur (vainqueur à trois reprises de la montée de Moutjuich en 65, 67 et 68), il a dû composer aussi avec l’émergence d’Eddy Merckx au moment où il pouvait encore espérer gagner la Grande Boucle. Le « Cannibale » lui souffla aussi le maillot arc-en-ciel de champion du monde en 1974 à Montréal.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il n’avait plus couru depuis le Tour mais Rohan Dennis avait surclassé tout le monde à Harrogate.

    Par Eric Clovio

    Route

    Rohan Dennis, dernier atout de l’armada Ineos

  • Mathieu van der Poel, lauréat à Namur en 2018.

    Par E.C.

    Cyclo-cross

    Cyclo-cross: Namur, manche mondiale «piégée»

  • Itw croisée Monfort-Bulens ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Par Stéphane Thirion

    Cyclisme

    Gérard Bulens à Maxime Monfort: «Tu as a tout pour devenir un Patrick Lefevere»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite