Eddy Merckx réagit au décès de Raymond Poulidor: «Il était bien plus que l’éternel 2e…»

©Photonews
©Photonews

Eddy Merckx voit l’un de ses plus grands adversaires disparaître, un de plus, quelques semaines après le décès de Felice Gimondi. La voix nouée par l’émotion, le plus grand champion cycliste de l’histoire souligne d’emblée les qualités humaines du Limousin. « Un grand homme, un grand champion, très aimé par les Français. Sa simplicité, la chaleur de son contact avec le public n’étaient pas des qualités fabriquées, c’était Raymond, tout simplement. Il était dans la vie comme en course, loyal, fair-play, chaleureux… »

Eddy a appris la mauvaise nouvelle alors qu’il rentrait lui-même de l’hôpital, après avoir subi de nouveaux examens consécutifs à sa sévère chute. « Raymond avait été hospitalisé il y a plusieurs semaines, on espérait tous qu’il puisse traverser ce mauvais moment et, comme d’habitude, se relever… »

Merckx tient à souligner la qualité et la richesse du palmarès du Français. « Le grand public le résume souvent à ses accessits au Tour de France, au fait qu’il n’y ait jamais porté le maillot jaune, mais Raymond a gagné de très belles courses, Paris-Nice, la Flèche Wallonne, une Vuelta… Il était bien plus que l’éternel second ! Parmi nos duels, je me souviens d’une défaite sur Paris-Nice, remporté par Poulidor après ma chute à St-Etienne. À l’inverse, je l’avais privé de titre mondial à Montréal (1974), alors que l’équipe de France avait surtout roulé pour Thévenet… »

Après leur carrière respective, refermée quasi au même moment, les deux hommes avaient développé une relation teintée de respect et d’amitié. « Je le revoyais souvent, sur la route du Tour notamment. L’humain a toujours été au cœur de ses priorités, de ses valeurs… »

Raymond Poulidor vu par les photographes du «Soir»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il n’avait plus couru depuis le Tour mais Rohan Dennis avait surclassé tout le monde à Harrogate.

    Par Eric Clovio

    Route

    Rohan Dennis, dernier atout de l’armada Ineos

  • Mathieu van der Poel, lauréat à Namur en 2018.

    Par E.C.

    Cyclo-cross

    Cyclo-cross: Namur, manche mondiale «piégée»

  • Itw croisée Monfort-Bulens ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Par Stéphane Thirion

    Cyclisme

    Gérard Bulens à Maxime Monfort: «Tu as a tout pour devenir un Patrick Lefevere»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite