Appel à témoins lancé pour un enlèvement à Bruxelles

Appel à témoins lancé pour un enlèvement à Bruxelles
Capture d’écran police fédérale

La police fédérale a diffusé mercredi à la demande du parquet de Bruxelles, un appel à témoins au sujet d’une disparition le 13 juin 2019. Un homme de 24 ans a été enlevé sur la place Emile Bockstael à Laeken par trois individus. L’un d’eux a été filmé par une caméra de vidéo-surveillance. La police a diffusé les images, invitant les personnes pouvant identifier cet homme à se manifester.

« Le 13 juin 2019 vers 16h15, un homme âgé de 24 ans a été victime d’un enlèvement par trois individus place Emile Bockstael à Bruxelles. Un des auteurs a été filmé par les caméras de surveillance. Il s’agit d’un homme de corpulence mince. Il porte une barbe et des lunettes de soleil. Au moment des faits, il était vêtu d’un pantalon foncé, d’un t-shirt vert et d’une casquette. Cet individu pourrait être lié à un trafic de stupéfiants », mentionne l’appel à témoins.

Les personnes qui pourraient identifier cet homme ou qui ont des informations sur cet enlèvement sont invitées à prendre contact avec les services de police via le numéro de téléphone gratuit 0800/30 300 ou via l’adresse email avisderecherche@police.belgium.eu. La discrétion est assurée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite