Appel à témoins lancé pour un enlèvement à Bruxelles

Appel à témoins lancé pour un enlèvement à Bruxelles
Capture d’écran police fédérale

La police fédérale a diffusé mercredi à la demande du parquet de Bruxelles, un appel à témoins au sujet d’une disparition le 13 juin 2019. Un homme de 24 ans a été enlevé sur la place Emile Bockstael à Laeken par trois individus. L’un d’eux a été filmé par une caméra de vidéo-surveillance. La police a diffusé les images, invitant les personnes pouvant identifier cet homme à se manifester.

« Le 13 juin 2019 vers 16h15, un homme âgé de 24 ans a été victime d’un enlèvement par trois individus place Emile Bockstael à Bruxelles. Un des auteurs a été filmé par les caméras de surveillance. Il s’agit d’un homme de corpulence mince. Il porte une barbe et des lunettes de soleil. Au moment des faits, il était vêtu d’un pantalon foncé, d’un t-shirt vert et d’une casquette. Cet individu pourrait être lié à un trafic de stupéfiants », mentionne l’appel à témoins.

Les personnes qui pourraient identifier cet homme ou qui ont des informations sur cet enlèvement sont invitées à prendre contact avec les services de police via le numéro de téléphone gratuit 0800/30 300 ou via l’adresse email avisderecherche@police.belgium.eu. La discrétion est assurée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite