Assassinat d’une parachutiste: détention limitée refusée à Els Clottemans

Els Clottemans en 2010
Els Clottemans en 2010 - Belga

Le tribunal de l’application des peines de Gand a refusé mercredi la détention limitée à Els Clottemans, condamnée aux assises en 2010 à 30 ans de prison pour l’assassinat de sa rivale, dont elle avait saboté le parachute.

Els Clottemans a toujours nié être responsable de la mort d’Els Van Doren, qui s’est écrasée en 2006 à Opglabbeek après le sabotage de son parachute. Au tiers de sa peine, elle a émis le souhait bénéficier d’une libération anticipée.

Elle a ainsi demandé une détention limitée, qui permet à une personne condamnée à une peine de prison de quitter de manière régulière la prison pour une durée maximale de 12 heures par jour. « Cela signifie qu’elle pourrait quitter la prison en journée et devrait rentrer le soir pour passer la nuit en cellule », a expliqué son avocate Katrien Van der Straeten. « L’objectif est qu’elle puisse suivre une formation et réintégrer un canevas de vie fixe. »

La motivation du rejet de cette demande par le tribunal de l’application des peines de Gand n’est pas encore connu et Me Van der Straeten n’a pas encore pu en prendre connaissance, a souligné cette dernière.

L’avocat des proches de la victime s’est, de son côté, dit soulagé de la décision de la cour.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. 20200123arno-6

    L’AB, la santé boutique d’Arno

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite