Accueil Opinions Chroniques

Les enfants maudits de Napoléon

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

Il y a un mystère Napoléon. Pourquoi Hitler, Staline, Gengis Khan sont-ils définitivement considérés comme des monstres sanguinaires mais pas Napoléon ?

Un peu partout dans le monde, des clubs, des écrivains, des collectionneurs continuent d’alimenter le culte du vaincu de Waterloo. Je suis certain que Napoléon a plus de fans qu’Einstein, Martin Luther King et Louis Pasteur réunis.

Cette semaine encore, un admirateur russe de l’empereur, historien honorable, a manifesté son enthousiasme pour le grand homme en découpant en morceaux sa compagne – elle-même groupie de Napoléon – en autant de morceaux que l’avait fait leur héros avec l’Europe il y a deux siècles.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Vynckier Albert, mercredi 20 novembre 2019, 14:06

    les peuples qui à un certain moment se disent qu'ils ont besoin d'ordre dans leur pays parce qu'ils trouvent que tous ces étrangers, cela fait désordre, qu'il y a trop de vols, meurtres, grèves et pas assez de travail 9 to 5 où les gens rentrent fatigués du boulot et vont dormir après avoir regardé à la télé les sempiternelles émissions abrutissantes comme des publicités, que les gens commencent à avoir des comportements déviants, des moeurs dégradants qui ne peuvent pas être endigués par la pharmacopée habituelle, qui mettent en péril la société...font le lit des élites fascistes.

  • Posté par Verbergt Charles, dimanche 17 novembre 2019, 22:32

    Cette société où on ne peut plus "débattre" dans le calme et où il faut choisir un camp sans s'autoriser d'avis autrement nuancés est effrayante. C'est tellement plus facile de sabrer et de blâmer que d'échanger des arguments. Seule une option doit prédominer, celle d'imposer à tout le monde la même manière d'apprécier, peu importe que  la liberté de penser soit laminée. L'essentiel est qu'un groupe puisse décider ce qui est bon et ce qui ne l'est pas....La dictature n'est pas loin.

  • Posté par Verbergt Charles, dimanche 17 novembre 2019, 20:06

    @ Léotard Marc Merci d'avoir rétabli la réalité. Mon commentaire de 13:26 ayant été absorbé je le reposte .

  • Posté par Delpierre Bernard, dimanche 17 novembre 2019, 19:12

    @leotard, en matière d'aveuglement vous êtes en tête éludant d'un trait de plume l'organisation du camp de Boulogne dès 1803, sous le consulat, où s'entraînaient plus de 100.000 soldats afin d'envahir l'Angleterre sur des bateaux à fond plat spécialement conçus pour la traversée.. Comme ce fut impossible à partir de Trafalgar, il passa à l'étape suivante, tuer économiquement ce pays par le blocus continental, donc s'attirer de gros problèmes avec la Prusse et la Russie, pays commerçant en première ligne avec ce pays et s'astreignant en outre à faire de même avec l'Espagne et le Portugal avec les résultats catastrophiques que l'on sait. Quant a sa pretendue retenue avec le sang du troupier, à un diplomate lui posant une question insidieuse après la victoire de Wagram, coûteuse en hommes, il répondit : j'ai 200.000 hommes de rente....le seul à avoir cerné à temps le vrai personnage fut un admirateur du Bonaparte, l'imaginant porteur des idées de la révolution des peuples contre l'absolutisme, à savoir Beethoven qui dès le couronnement impérial biffa sa dédicace de sa troisième symphonie en ayant compris la portée réductrice de cet homme pour le genre humain..

  • Posté par Verbergt Charles, dimanche 17 novembre 2019, 13:41

    "L'amnésie politique, ici et ailleurs. Et voyez les dernières élections .../..." Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs