Une résolution pour que la Belgique soutienne le mécanisme de répartition des migrants

Une résolution pour que la Belgique soutienne le mécanisme de répartition des migrants
AFP

La commission des Affaires étrangères de la Chambre a approuvé mercredi une proposition de résolution d’Ecolo-Groen appelant le gouvernement fédéral à rejoindre un plan de répartition des migrants secourus en Méditerranée tel que prévu par « l’accord de Malte ». Le texte a reçu le soutien, en dehors des écologistes, de PS et SP.A, MR, CD&V, PTB et Défi.

Un « pré-accord » avait été dégagé à Malte en septembre dernier entre ce pays, l’Italie, l’Allemagne et la France, qui prévoit un mécanisme temporaire de répartition des migrants secourus en mer et débarqués dans des ports maltais ou italiens. Une répartition doit permettre de soulager le premier pays d’arrivée et de répartir la charge de l’accueil et du traitement des demandes d’asile. C’était l’une des principales exigences de l’Italie et de Malte, qui durant l’année ont plusieurs fois refusé d’ouvrir leurs ports à des navires humanitaires ayant récupéré des migrants en détresse en mer.

La résolution adoptée mercredi demande au gouvernement fédéral de « soutenir le plan italien de répartition » des migrants secourus et vise à conduire la Belgique « à soutenir cet accord dit ’de Malte’», selon un communiqué de presse Ecolo.

« La proposition italienne de répartir ces naufragés entre les différents pays européens est très pertinente et nous avons estimé que la Belgique ne pouvait pas rester à la traîne à ce sujet », indique le député Simon Moutquin, porteur de la résolution. « D’un point de vue humanitaire, nous ne pouvions pas hésiter. (…) Le droit international est également clair sur ce point : on ne laisse pas des humains se noyer. Mais ne pas laisser les pays de destination, tels que l’Italie, la Grèce ou Malte, affronter seuls les difficultés consécutives à ces sauvetages relève tout autant du bon sens. Il est logique, normal et salutaire que, via cette majorité parlementaire, un pays comme la Belgique, avec sa forte tradition de solidarité, soutienne cette initiative européenne émergente ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette touche au terme de sa mission
: l’informateur royal est attendu lundi au Palais. © Photo News.

    Négociations fédérales: les anti-arc-en-ciel se déchaînent

  2. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  3. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite