Une marée haute inonde Venise: «La situation est désastreuse, on se prépare à un nouvel épisode»

Une marée haute inonde Venise: «La situation est désastreuse, on se prépare à un nouvel épisode»

Venise s’est réveillée abasourdie mercredi après une « acqua alta » (marée haute) d’une ampleur exceptionnelle qui a causé d’importants dégâts et alors que sont annoncés plusieurs épisodes du même type pendant les jours à venir.

Un mort

L’épisode de marée a fait un mort, selon les médias italiens, un Vénitien de 78 ans qui a péri électrocuté alors qu’il tentait de faire démarrer des électropompes dans son logement inondé.

« Nous affrontons aujourd’hui encore des marées records. (…). Nous demandons au gouvernement de nous aider, les coûts seront élevés », a tweeté mercredi matin le maire de Venise Luigi Brugnaro, qui a annoncé dans la nuit qu’il allait demander la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

« La situation est désastreuse, on se prépare à un nouvel épisode ce matin », a déclaré pour sa part le gouverneur de la région de Vénétie, Luca Zaia, interrogé sur la chaîne d’information SkyTJ24, appelant à la plus grande prudence.

Une marée haute d’une ampleur exceptionnelle de 1,87 mètre s’est abattue mardi sur la Cité des Doges, surprenant les touristes qui pataugeaient dans les ruelles inondées tandis qu’un puissant sirocco faisait déferler les vagues sur la place Saint-Marc.

Il s’agit de la deuxième plus haute « acqua alta » enregistrée à Venise depuis le début des relevés en 1923, derrière celle du 4 novembre 1966 (1,94 mètre).

Le niveau des flots était redescendu à 1,10 mètre mercredi matin mais d’autres épisodes sont annoncés dans la journée et jusqu’à vendredi, au rythme de deux marées par jour, selon le Centre des marées de Venise.

Ce dernier avait annoncé un pic de 1,60 mètre pour 10h30 mercredi mais il s’est finalement avéré inférieur, à seulement 1,30 mètre.

La cité lacustre commençait mercredi à évaluer les dégâts : la célèbre basilique Saint-Marc, joyau de la Sérénissime, a été inondée sous un mètre d’eau et la crypte et le presbytère complètement noyés pendant la nuit.

Selon le procurateur de l’édifice, Pierpaolo Campostrini, une inondation comme celle de mardi s’est seulement produite cinq fois dans l’histoire de la basilique -érigée en 828 et reconstruite après un incendie en 1063- –, la donnée la plus préoccupante étant que sur ces cinq précédents, trois ont été constatés au cours des 20 dernières années, dont une fois en 2018.

Une marée haute inonce Venise : les photos

Gondoles à la dérive

« C’était apocalyptique, assez pour vous donner la chair de poule, » a déclaré Marina Vector, alors qu’elle et son mari utilisaient des seaux pour évacuer l’eau de leur magasin de masques vénitiens.

« La tempête était si forte que l’eau a franchi la barrière anti-inondation en marbre (devant la boutique). Rien n’a résisté », dit-elle.

« C’était incroyable, l’eau montait si vite », a déclaré Tiziano Collarin, un Vénitien de 59 ans, en constatant les dégâts.

Les images diffusées par les télévisions montraient mercredi des dizaines de bateaux ayant rompu leurs amarres et dérivant dans la lagune.

De nombreuses gondoles ont également été ballottées sur les eaux et traînées dans les canaux vénitiens. Les gardes-côtes ont émis un « avis de danger » en raison de la présence d’obstacles submergés dangereux pour la sécurité de la navigation.

Les opérations de coordination des nombreuses interventions (250 pendant la nuit) étaient compliquées par le fait que les lignes téléphoniques ont été interrompues.

Un niveau de 1,87 m qui ne signifie pas pour autant que la Cité des Doges se trouve immergée sous près de deux mètres d’eau. Il faut en effet retrancher de cette hauteur le niveau moyen de la ville qui se trouve entre un mètre et 1,30 m.

Venise est régulièrement touchée par le phénomène des « acque alte », pics de marées particulièrement prononcés qui provoquent la submersion d’une partie plus ou moins grande de la zone urbaine insulaire.

L’acqua alta inonde souvent les parties basses de la ville, dont la place Saint-Marc, et peut être amplifiée par le sirocco, comme cela a été le cas dans la soirée de mardi.

Pour protéger la ville de cette calamité qui altère chaque fois un peu plus son patrimoine artistique, le projet MOSE (acronyme de Module expérimental électromécanique, et signifiant Moïse en italien) est en cours de construction depuis 2003 mais le surcoût et les malfaçons ont entraîné de nombreux retards.

Le projet consiste à installer 78 digues flottantes qui se lèveraient pour fermer la lagune en cas de montée de la mer Adriatique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite