Thibaut Courtois toujours aussi serein avec les Diables rouges: «Je ne doute pas de mes qualités» (vidéo)

Les Diables rouges sont réunis pour la dernière fois de l’année depuis ce mercredi à Tubize. Les 29 joueurs sélectionnés par Roberto Martinez y préparent leurs duels face à la Russie ce samedi et Chypre trois jours plus tard dans le cadre des qualifications pour l’Euro 2020.

Ce mercredi après-midi, Thibaut Courtois s’est présenté en conférence de presse.

Morceaux choisis de la conférence de presse de Thibaut Courtois

– « Des critiques à mon sujet ? Je ne lis pas la presse… Je fais juste attention sur ce que disent mes entraîneurs et mes équipiers ».

– « Si on n’a jamais été gardien de but, on ne sait pas comment ça se passe réellement. C’est un poste à part ».

– « Je ne doute pas de mes qualités. Je suis un des meilleurs gardiens du monde. Et c’est la raison pour laquelle je suis parfois critiqué ».

– « Je suis resté calme car face au Celta, contre Séville ou même contre l’Atlético. J’ai fait de bons arrêts. Idem dans d’autres matches ».

– « J’évolue à un bon niveau. Je suis sur une bonne lancée. Il faut que ça continue ».

– « Zidane m’a dit de continuer, de rester concentré. Il a toujours gardé confiance en moi ».

– « Avec l’Atlético et même à Chelsea, j’ai connu de très bonnes périodes. Ici, je pense que j’ai déjà bien presté à Madrid ».

– « Face à Bruges, j’ai encaissé deux buts bizarres. Le fait que je sorte à la pause, pour cause de maladie, a lancé une tornade médiatique. Mais, comme je l’ai déjà dit, je suis resté calme ».

– « Je préfère gagner 4-3 que de faire 0-0. Même si c’est toujours plus agréable pour un keeper de ne pas encaisser de goal ».

– « C’est toujours chouette de ne pas encaisser de but car dans la presse, on se fait vite tuer avec des statistiques. Et ce, même si la manière dont on encaisse n’est pas analysée ».

– « L’avantage à Saint-Pétersbourg, c’est que le stade est fermé. Donc il ne fera pas très froid ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite