Greta Thunberg a quitté les États-Unis en catamaran, direction l’Europe

Greta Thunberg a quitté les États-Unis en catamaran, direction l’Europe

La militante suédoise Greta Thunberg a quitté tôt mercredi les États-Unis à bord d’un catamaran après plus de deux mois sur le continent nord-américain, avec comme objectif l’Europe et la réunion climat de l’Onu COP 25 à Madrid début décembre.

Bonnet vissé sur la tête et sac à dos à l’épaule, Greta Thunberg a embarqué avec son père, Svante, sur le voilier La Vagabonde, appartenant à un jeune couple australien qui y vit avec son garçon de 11 mois. Le couple avait proposé aux Thunberg de les ramener en Europe, après l’appel lancé le 1er novembre sur les réseaux sociaux par la militante, qui ne prend pas l’avion, pour un moyen de transport transatlantique.

La navigatrice britannique Nikki Henderson a rejoint l’équipage pour la traversée.

Le bateau de 14 mètres est parti de Hampton, en Virginie sur la côte Est des États-Unis, et prévoit de rejoindre le Portugal, à plus de 5.500 km de distance. La traversée devrait prendre au moins deux semaines, selon Nikki Henderson.

Greta Thunberg, âgée de 16 ans, s’est exprimée à l’Onu en septembre et a participé chaque vendredi à des manifestations de New York à Vancouver. « D’un côté, beaucoup de choses ont changé dans le bon sens, mais plusieurs mois se sont écoulés sans action véritable, sans que les gens se rendent compte de l’urgence », analysait-elle la veille du départ.

Le couple australien, Riley Whitelum, 35 ans, et Elayna Carausu, 26 ans, et leur enfant Lenny, prévoient de filmer et monter des vidéos de leur voyage une fois arrivé à bon port. Entre-temps, ils posteront quelques photos sur Twitter ou Instagram.

La Vagabonde a des panneaux solaires et un générateur hydroélectrique mais également un moteur pour entrer et sortir des ports. « On essaie de ne pas utiliser le moteur, c’est le but de tout marin dans le monde », a expliqué Riley Whitelum mardi.

Habituellement, le couple mange du poisson à bord mais a changé ses habitudes spécialement pour sa passagère. « On a décidé d’avoir un bateau vegan, pour Greta », a expliqué Elayna Carausu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite