Accueil Monde Proche-Orient

Egypte: «Il y a une intention très claire de briser toute cette génération»

La Commission des droits de l’Homme de l’ONU se penche sur le cas égyptien. Réalisé tous les cinq ans, cet « examen périodique universel » sur la situation des droits humains intervient alors que le régime mène, selon Amnesty, la plus vaste répression depuis l’arrivée au pouvoir du président al-Sissi.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

L’ordonnance est pliée en quatre, rangée dans son portefeuille. Mohamed l’en extrait. « Le psychiatre m’a diagnostiqué une dépression sévère », lâche-t-il, en fixant la feuille griffonnée. « Depuis ces deux semaines passées en prison après les manifestations du 20 septembre, je prends trois traitements différents ».

Mohamed est à proximité de la place Tahrir, dans le centre du Caire, lorsque surviennent des manifestations d’une ampleur inédite depuis la prise de pouvoir du président al-Sissi, élu une première fois en 2014. Dans la capitale, à Alexandrie ou à Suez, des milliers d’Égyptiens répondent à l’appel d’un entrepreneur en exil, Mohamed Aly, qui dénonce dans des vidéos vues des millions de fois la corruption du président et de l’armée. La contestation est immédiatement matée à coups de matraques, de gaz lacrymogènes, et parfois à balles réelles. Plus de 4400 personnes sont arrêtées, la police rafle quiconque se trouve alors dans la rue.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs