Le suspect arrêté pour le viol d’une étudiante de l’ULB reste en détention

Le suspect arrêté pour le viol d’une étudiante de l’ULB reste en détention
Photo News

La chambre du conseil de Bruxelles a prolongé d’un mois, mercredi, le mandat d’arrêt de l’homme interpellé vendredi, suspecté d’avoir violé une étudiante de l’Université libre de Bruxelles (ULB), a indiqué l’avocat de celui-ci. Le conseil avait sollicité la libération de son client sous surveillance électronique mais la chambre du conseil n’y a pas fait droit.

Le suspect, Y.B., âgé de 44 ans, a été interpellé à Ixelles vendredi matin. Il n’a pas d’antécédent judiciaire autre que des infractions de roulage, mais son affaire est liée à trois autres viols commis en 2019 en région bruxelloise selon un même mode opératoire : accoster des jeunes femmes majeures, la nuit, à des points de taxi Collecto, un service de taxi collectif à tarif réduit.

Le 3 novembre dernier, une étudiante de l’ULB a affirmé avoir été violée par un « faux » chauffeur de taxi Collecto. Elle a diffusé un message sur le groupe Facebook « ULB Confessions », expliquant avoir pris un taxi le 2 novembre, après avoir assisté au baptême du cercle de polytechnique de l’ULB sur le campus de la Plaine, à Ixelles.

Elle a précisé qu’elle était sous l’emprise de l’alcool. Le chauffeur se serait présenté comme un Collecto. Il portait un uniforme de la Stib, était de type maghrébin et roulait dans une voiture grise « type Citroën », a-t-elle décrit. Après être montée dans la voiture, elle a été séquestrée, blessée et violée, selon son témoignage.

Sur le même sujet
Système judicaire
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite