Destitution de Trump: les auditions publiques au Congrès débutent

Georges Kent (responsable du département d’Etat) et William Taylor (diplomate américain)
Georges Kent (responsable du département d’Etat) et William Taylor (diplomate américain) - AFP

Trump « a-t-il invité l’Ukraine à s’ingérer dans nos élections ? » A-t-il commis un « abus de pouvoir » ?, s’est interrogé, en ouvrant l’interrogatoire, l’élu démocrate Adam Schiff qui supervise l’enquête à la Chambre des représentants.

« L’affaire est aussi simple et terrible que cela », a-t-il ajouté, en promettant de mener l’enquête sans « rancœur » ni « délai ».

Cette procédure est une « campagne de calomnies », s’est ensuite insurgé le numéro deux républicain de la commission du Renseignement, Devin Nunes.

C’est avec deux diplomates de carrière témoins directs de l’affaire ukrainienne --William Taylor, ambassadeur par intérim à Kiev et ancien militaire, et George Kent, haut responsable du département d’Etat spécialiste de l’Ukraine-- que ces auditions historiques ont démarré.

Sans les désigner nommément, Donald Trump a mis en doute la crédibilité de ces témoins, tonnant mercredi sur Twitter contre les « Never Trumpers », terme désignant les républicains opposés au milliardaire.

Combatif et dénonçant une tentative de « coup d’Etat », le milliardaire a juré de laver l’« affront » de cette enquête dans les urnes en remportant un second mandat à la présidentielle de novembre 2020.

Avant lui, seuls trois présidents américains ont été visés par une procédure de destitution. Aucun n’a été démis de ses fonctions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette touche au terme de sa mission
: l’informateur royal est attendu lundi au Palais. © Photo News.

    Négociations fédérales: les anti-arc-en-ciel se déchaînent

  2. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  3. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite