Le ministre Dermagne dénonce les bonus secrètement versés aux dirigeants de Nethys

Le ministre Dermagne dénonce les bonus secrètement versés aux dirigeants de Nethys
Olivier Polet

Le 11 octobre dernier, un trio d’administrateurs (Bernard Thiry, Laurent Levaux et Jean-Pierre Hansen), était nommé à la tête de Nethys. Il fut rejoint cinq jours plus tard par le patron de la Sogepa, Renaud Witmeur, nommé manager ad interim. Pendant quatre semaines, cette nouvelle équipe a tenté de démêler l’écheveau des indemnités compensatoires qui depuis mai 2018, lorsqu’est entré en vigueur le décret gouvernance, ont été payées aux ex-managers de Nethys. Essentiellement Stéphane Moreau, Bénédicte Bayer et Pol Heyse.

Un premier rapport a été transmis ce mercredi à l’administration wallonne, il a stupéfait le ministre régional (PS) des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne. Par communiqué, il confirme ce qu’avait annoncé Le Soir. « Le comité de nomination et rémunération du groupe a décidé, en date du 22 mai 2018, du principe de verser des indemnités dites de rétention, soit des indemnités présentées comme nécessaires pour éviter le départ des intéressés vers le privé, lors de l’entrée en vigueur du décret gouvernance ».

De nouveaux bonus

On apprend également que le Comité de Nomination et de Rémunération de la société (CNR, constitué de Pierre Meyers, Jacques Tison et François Fornieri) a convenu un an plus tard, en mai dernier donc, de verser des bonus au management. Plus exactement, « les montants dus aux intéressés depuis mai 2018 au titre de rémunération variable, alors même que ces bonus dépassaient le plafond fixé par le décret entré en vigueur, sous l’argument que ceux-ci étaient liés aux résultats d’exercices antérieurs à son adoption », précise le ministre Dermagne. La plus grande partie de cet argent aurait été versée aux ex-managers de Nethys il y a quelques semaines seulement.

Dans le même communiqué, le ministre wallon n’exclut pas, dès que son administration aura analysé plus en profondeur les premières conclusions qui lui ont été apportées par les nouveaux administrateurs de Nethys, « de formuler une proposition d’annulation de ces décisions ». Ces documents ont également été envoyés au juge liégeois Frédéric Frenay, en charge de l’instruction récemment ouverte sur les ventes douteuses, par Nethys, de ses filiales Voo, Elicio et Win.

Enfin, le ministre wallon exhorte la maison-mère de Nethys, l’intercommunale Enodia, à prendre ses responsabilités. « Il leur appartient de défendre les intérêts de la société et de ses actionnaires, c’est-à-dire des communes et province associées, autrement dit, des citoyens, en utilisant toutes les voies de droit. »

Sur le même sujet
PolitiquePS
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite