Nethys a versé 11,6 millions à Stéphane Moreau

On parlait d’un pactole : c’est un pactole. Renaud Witmeur, le nouveau manager ad interim de la société liégeoise Nethys, a envoyé ce mercredi son rapport à l’administration wallonne et à sa maison-mère Enodia sur les généreuses indemnités versées aux anciens managers du groupe, dont l’emblématique Stéphane Moreau. D’après les éléments du rapport que Le Soir a pu recueillir, ces montants sont faramineux. On parle d’une somme globale de 18,6 millions d’euros, répartie entre quatre membres du management.

► Le ministre Dermagne dénonce les bonus secrètement versés aux dirigeants de Nethys

Ces montants ont été attribués en deux temps, et sont liés à l’entrée en vigueur du « décret gouvernance » qui avait pour but de… réduire le salaire des top managers. Le 22 mai 2018, le comité de rémunération de Nethys (François Fornieri, Pierre Meyers et Jacques Tison) a validé le paiement de ces indemnités. On parle, ce jour-là, d’un montant dépassant les 14,7 millions pour quatre managers : Stéphane Moreau (CEO de Nethys), Pol Heyse (directeur financier de Nethys), Bénédicte Bayer (membre du comité de direction de Nethys) et Diego Aquilina (CEO d’Intégrale, filiale de Nethys). C’est Stéphane Moreau qui se voit offrir la plus grosse partie du magot, à savoir 8,6 millions.

Un an plus tard, le 21 mai 2019, le même comité de rémunération prend une nouvelle décision. Il décide d’offrir, de manière rétroactive, des bonus au trio Moreau-Heyse-Bayer. On parle, pour ce volet-ci, d’un peu plus de 3,9 millions. Dont environ 3 millions à Stéphane Moreau.

Au total, quatre personnes se sont donc partagé un peu plus de 18,6 millions. Et à lui seul, Stéphane Moreau a empoché 11,6 millions d’euros (brut), grâce à cette double décision.

Dans un communiqué de presse envoyé mercredi soir, le ministre des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne fait savoir qu’il a chargé son administration « d’analyser en profondeur l’ensemble des documents que nous venons de recevoir. Sur cette base, elle pourra juger de l’opportunité de formuler une proposition d’annulation de ces décisions ». Il a également « envoyé ces pièces au juge d’instruction pour qu’elles soient versées au dossier de la procédure judiciaire en cours ».

►Le jackpot pour les administrateurs de Nethys: toutes les infos sur Le Soir+

Sur le même sujet
Économie et financesNethys
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite