Nethys a versé 11,6 millions à Stéphane Moreau

On parlait d’un pactole : c’est un pactole. Renaud Witmeur, le nouveau manager ad interim de la société liégeoise Nethys, a envoyé ce mercredi son rapport à l’administration wallonne et à sa maison-mère Enodia sur les généreuses indemnités versées aux anciens managers du groupe, dont l’emblématique Stéphane Moreau. D’après les éléments du rapport que Le Soir a pu recueillir, ces montants sont faramineux. On parle d’une somme globale de 18,6 millions d’euros, répartie entre quatre membres du management.

► Le ministre Dermagne dénonce les bonus secrètement versés aux dirigeants de Nethys

Ces montants ont été attribués en deux temps, et sont liés à l’entrée en vigueur du « décret gouvernance » qui avait pour but de… réduire le salaire des top managers. Le 22 mai 2018, le comité de rémunération de Nethys (François Fornieri, Pierre Meyers et Jacques Tison) a validé le paiement de ces indemnités. On parle, ce jour-là, d’un montant dépassant les 14,7 millions pour quatre managers : Stéphane Moreau (CEO de Nethys), Pol Heyse (directeur financier de Nethys), Bénédicte Bayer (membre du comité de direction de Nethys) et Diego Aquilina (CEO d’Intégrale, filiale de Nethys). C’est Stéphane Moreau qui se voit offrir la plus grosse partie du magot, à savoir 8,6 millions.

Un an plus tard, le 21 mai 2019, le même comité de rémunération prend une nouvelle décision. Il décide d’offrir, de manière rétroactive, des bonus au trio Moreau-Heyse-Bayer. On parle, pour ce volet-ci, d’un peu plus de 3,9 millions. Dont environ 3 millions à Stéphane Moreau.

Au total, quatre personnes se sont donc partagé un peu plus de 18,6 millions. Et à lui seul, Stéphane Moreau a empoché 11,6 millions d’euros (brut), grâce à cette double décision.

Dans un communiqué de presse envoyé mercredi soir, le ministre des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne fait savoir qu’il a chargé son administration « d’analyser en profondeur l’ensemble des documents que nous venons de recevoir. Sur cette base, elle pourra juger de l’opportunité de formuler une proposition d’annulation de ces décisions ». Il a également « envoyé ces pièces au juge d’instruction pour qu’elles soient versées au dossier de la procédure judiciaire en cours ».

►Le jackpot pour les administrateurs de Nethys: toutes les infos sur Le Soir+

Sur le même sujet
Économie et financesNethys
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite