Accueil Culture

Derf Backderf ou la poubello-thérapie

Crayon en main, l’auteur de « Mon ami Dahmer » et « Trashed » s’offre un petit détour par Bruxelles.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Plus qu’un dessinateur de presse, Derf Backderf est un raconteur d’histoires. En noir et blanc mais avec une foule de détails. Souvent drôles. Voire très, par exemple quand il évoque dans Punk rock et mobile homes cette salle de concert d’Akron dans l’Ohio (The Bank) qui vit passer quelques pointures de la scène punk new wave du début des années 80, les Ramones, Plasmatics, Clash et autres Klaus Nomi en guêtres.

La réflexion, il y invite alors plus souvent en filigrane que frontalement, mais elle est inévitable une fois qu’il quitte la fiction nourrie d’anecdotes authentiques pour virer vers l’autobiographie. Surtout dans Mon ami Dahmer , son second roman graphique, dans lequel il revient sur ses années passées en secondaire, dans la classe de celui qui deviendrait plus tard le Cannibale de Milwaukee.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs