Accueil Société Régions Bruxelles

Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

Pour le ministre bruxellois de l’Emploi, Actiris « doit davantage être un partenaire des employeurs, pour mieux répondre à leurs attentes ». Il se montre prudent sur les projets de territoires zéro chômeur ainsi que sur le revenu de formation.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Un ministre de l’Emploi qui voit son budget réduit de 3,3 % et ne se plaint pas, c’est rare. C’est pourtant le cas de Bernard Clerfayt (Défi) qui, pour sa première expression médiatique depuis le conclave budgétaire, refuse de dramatiser l’économie de 32,5 millions imposée à son département. Et pour cause ! Il s’agit, selon lui, d’un « budget vérité ». « Il n’y a aucune réduction des dépenses réelles qui soutiennent les politiques de l’emploi, insiste le Schaerbeekois. Ce sont des corrections techniques, en fonction des montants réellement dépensés en 2019. »

Le budget 2020, qui sera débattu au Parlement régional dès ce lundi, ne prévoit aucune marge pour des politiques nouvelles. Ce qui n’empêche pas à Bernard Clerfayt d’imprimer clairement sa marque sur la politique de l’emploi. Et d’asséner quelques propositions fortes sur certains dossiers en vue dans les pages de la Déclaration de politique régionale.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Barella Coco, jeudi 14 novembre 2019, 8:36

    Un ministre de l'emploi qui continue de voir le chômeur comme n'ayant aucune droit à choisir sa vie et son job, c'est instrumentaliser le chômage volontairement créé par les patrons qui sont de surcroit à Bruxelles plus racistes décomplexés qu'ailleurs. Quand un ministre de l'emploi demandera des comptes au patronat sur les minables création d'emploi et le fait qu'en même temps ils réclament de diminuer les allocations, on peut se demander si l'emploi est réellement visé ou si ce n'est pas plutôt qu'ils attendent des travailleurs - esclaves en masse pour les exploiter sans payer la sécu, des chômeurs et des travailleurs déjà si affamés et désespérés qu'ils acceptent de travailler pour moins que le minimum qui paie les factures. C'est lamentable et attendu d'un type de droite qui n'a pas un spoupçon de connaissance et d'empathie pour la muise que vive les chômeurs qui n'est pas de leur faute mais créée par les politiciens comme lui, à la solde du patronat tout puissant. Et ça dans un gouvernement avec les Ecolo. Rien ne va changer. Tout va continuer. Et la révolte de gronder.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs