Un témoin clé renforce l’accusation contre Trump lors d’une audition historique

William Taylor
William Taylor - Reuters

Le plus haut diplomate américain en Ukraine a apporté mercredi de nouveaux éléments renforçant les soupçons contre Donald Trump, lors d’une première journée d’auditions publiques historiques au Congrès à Washington visant à déterminer si le président républicain doit être destitué.

Ancien militaire, cheveux gris et visage aux traits sévères, William Taylor a été choisi par les démocrates pour ouvrir le bal des auditions télévisées aux côtés d’un autre diplomate de carrière, George Kent, haut responsable du département d’Etat spécialiste de l’Ukraine qui portait son traditionnel nœud papillon.

MM. Taylor et Kent ont pris soin de souligner qu’ils n’avaient pas de parti pris politique, ayant servi aussi bien sous des présidents républicains que démocrates.

Mais, signe de la profonde division déchirant le pays autour de cette procédure exceptionnelle, les républicains se sont attachés à mettre en doute leur crédibilité.

Les démocrates soupçonnent Donald Trump d’avoir abusé de ses pouvoirs présidentiels en demandant à Kiev d’enquêter sur l’ancien vice-président Joe Biden, bien placé pour l’affronter lors de la prochaine présidentielle.

Forts de leur majorité à la Chambre des représentants, ils ont ouvert fin septembre une enquête pour constituer un dossier de mise en accusation, l’« impeachment » en anglais. Après six semaines d’auditions dans la discrétion du huis clos, ils espèrent avoir un impact décisif sur l’opinion publique avec les auditions publiques.

Sur le même sujet
Donald TrumpJoe Biden
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite